Les liens du crime
de Luc Delhamende

critiqué par Catinus, le 6 octobre 2019
(Liège - 68 ans)


La note:  étoiles
Un polar qui tient bien la route
L’action se déroule dans un château du département de Seine et Marne. C’est la coutume chez les Bertillon : se réunir un week-end par mois pour se retrouver en famille. Il a le patriarche Maximilien, sa fille, ses trois fils, les conjoints, les deux petits enfants Tom et Aurore. Tout ce beau monde est servi par les domestiques : le majordome, le chauffeur et les deux femmes d’ouvrage et cuisinières. Ce dimanche-là, Louise trouve Maximilien mort, étranglé. Albert Duval ouvre l’enquête avec l’aide des officiers Thibère et Chanvre.

Voici un polar bien classique, avec ses lois, ses rebondissements, le tout dans une ambiance bourgeoise. Pas question ici d’hectolitres d’hémoglobine, de violence insoutenable, de propos ordurier, oh que non. Pas un truc à se prendre la tête entre les mains et qui vous refile le bourdon, oh que non ! Nous sommes dans du sage (quoique …). Du bon goût ; bref comme on dit : « un bon polar, bien costaud, pour les longues soirées d’hiver ».

C’est le premier roman de Luc Delhamende et il a réussi admirablement son pari. En le lisant, on se dit qu’il faut un sacré dose d’énergie et de courage pour écrire ces 360 pages qui tiennent aussi magnifiquement la route.
Comment se procurer ce roman ? Le nom de l’auteur est dans l’annuaire téléphonique et sur Facebook ici :
https://www.facebook.com/luc.delhamende

Ah ! pour info : Luc Delhamande est le père de Hélène Delhamende, la romancière liégeoise bien connue et dont j’ai déjà causé dans ce blog.

Extraits :

* Tout en conduisant, elle compose mentalement son menu. Elle commencera par un potage aux tomates, suivi d’un spaghetti à la sicilienne et un verre de vin rouge. Elle terminera par un fruit. Seulement voilà, elle n’est pas une virtuose du piano comme Paul Bocuse. (…) Alors pour réaliser son « festin », elle se préparera un sachet de soupe aux tomates lyophilisée, des spaghettis, ouvrira une boite de tomates concassées au basilic et à l’origan, une boite d’olives noires dénoyautes et un petit bocal d’anchois. Puis elle balancera le tout pardessus les pâtes.

* (Conversation entre le procureur et le commissaire Duval)
- N’oublie pas, Albert … des résultats et vite !
- Tu sais, vite ou pas, nous arriverons tous à Noël au même moment.
- Très drôle !

* Quand elle est bien réveillée, elle remet le mélangeur sur l’eau tiède. Soudain, la porte vitrée de la cabine s’ouvre. Surprise, la jeune femme se retourne et se retrouve face à face avec l’homme dont le sexe est en position d’attaque.
- Salut, ma belle …bien dormi !
Sans lui laisser le temps de réagir, il entre dans la cabine et enlace la jeune femme.
(…)
- Est-ce bien raisonnable, Steph ?
- C’est toujours raisonnable, Astrid.