L'économie bleue 3.0 de Gunter Pauli

L'économie bleue 3.0 de Gunter Pauli

Catégorie(s) : Sciences humaines et exactes => Economie, politique, sociologie et actualités

Critiqué par Colen8, le 26 septembre 2019 (Inscrite le 9 décembre 2014, 78 ans)
La note : 6 étoiles
Visites : 329 

Tout bénéfice

C’est bien gentil le développement durable, mais ça ne suffit plus loin de là. Il serait bon de passer à la vitesse supérieure d’autant que les produits dits recyclables continuent à épuiser les ressources primaires et une fois recyclés à dégager encore bien trop de déchets. Souvenons-nous : 1972 année où fut publié le rapport « Halte à la croissance » du Club de Rome d’après les modèles établis par le MIT. Gunter Pauli lui-même longtemps membre de ce club s’active depuis vingt-cinq ans pour diffuser des solutions qui ont fait leurs preuves. Il est à l’origine de la plateforme ZERI(1) dont une partie des résultats figure dans cette réédition. L’idée de base pas vraiment nouvelle mais puissante quand même réside dans une combinaison d’écosystèmes et de bio-mimétismes aux effets cumulatifs insoupçonnés. Observer finement l’habileté de la Nature à se réguler ou se régénérer en cascade peut être une source d’innovations plus juteuses qu’on n’imagine financièrement, ça va de soi, mais aussi pourvoyeuses de sécurité, de convivialité, de confort pour les communautés concernées.
Quelques bonnes idées d’économie circulaire sont à prendre, fondées sur l’observation, sur le bon sens, sur les lois physiques naturelles dévoyées par les excès de la technologie, principalement la pétrochimie des pesticides et des plastiques si toxique pour l’environnement et la santé publique. La récupération des déchets de la culture du café, du thé, de la canne à sucre, de la tomate par exemple ont donné lieu à des solutions opérationnelles, créatrices d’emplois locaux, transposables ailleurs et rentables. Il en est de même des fermes de champignons, de celles des asticots (larves de mouches) pour leurs protéines, de la replantation des mûriers à la fois pour restaurer la fertilité des sols, reprendre à grande échelle l’élevage des vers à soie aux multiples applications industrielles.
Quelques belles expériences sont édifiantes un peu partout : France, Italie, Argentine, Madagascar, Espagne, Maroc etc. En Colombie on a fait revenir 8000ha de forêt tropicale en vingt ans grâce à des champignons venant enrichir une savane très appauvrie, permettant de renouer avec des équilibres perdus. En Suède on a construit des panneaux solaires sur support plastique utilisés directement comme toitures isolantes pour produire en même temps l’énergie, le chaud, le froid. D’autres semblent plus hypothétiques, voire iréniques à moins que des entrepreneurs s’en emparent pour prouver le contraire… Un bémol quant à la forme : le texte est lourd, souvent répétitif, parfois confus, parsemé hélas d’erreurs typographiques.
(1) Sigle de « Zero Emissions Research and Initiatives ». Pour accéder aux photos et vidéos des réalisations les plus parlantes aller sur le site collaboratif en open source: http://www.zeri.org/.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: L'économie bleue 3.0

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'économie bleue 3.0".