L'Adoption, une histoire d'Amour
de Sophie Massonnaud-Herbouiller

critiqué par CHALOT, le 16 août 2019
( - 71 ans)


La note:  étoiles
Un récit émouvant et convaincant
« L’Adoption, une histoire d’Amour »
Récit vécu
de Sophie Herbouiller
éditions du Traict
140 pages
Juin 2018


C’est au cours d’une promenade en librairie à Guérande que je suis tombé sur ce livre écrit par Sophie Herbouiller.
Je l’ai lu d’une seule traite.
C’est un récit vécu, témoignage de l’auteure qui raconte deux adoptions consécutives, le premier au Vietnam et le second au Guatemala.
Je conseille la lecture de ce livre à tous ceux qui s’intéressent à cette « problématique » et notamment à ceux et à celles qui seraient critiques pour une raison ou une autre.
Ce livre qui n’est pas un essai, reste un argumentaire vivant et puissant et d’ailleurs son titre résume tout : l’Adoption est une histoire d’Amour très forte entre des parents et des enfants qui hier ont été abandonnés.
Une femme qui ne peut pas avoir d’enfants mais qui veut donner son amour à un petit être, doit le pouvoir….C’est une chance pour elle, pour son couple si elle vit en couple et pour un petit garçon ou un petite fille ou pour les deux comme dans cet ouvrage.
Le projet de maternité de l’adoptant est très couvent une course d’obstacles et si la marchandisation règne encore, le combat d’Alice- l’héroïne s’appelant ainsi- montre qu’il est possible avec de l’énergie d’adopter avec l’aide d’une association, en refusant la facilité et les pièges tendus par tous les profiteurs.

« Alice ne croit pas au lien biologique, elle croit au pouvoir de l’amour…. »
C’est ce lien fort qui relie un petit être à ses parents et comme pour une naissance biologique, l’adoption est un projet de construction d’un lien très fort qui dure toute la vie
Les deux enfants qui ont été adoptés témoignent 20 ans après dans l’épilogue, le frère adopté au Vietnam considère que ses deux parents qui l’ont élevé « Et surtout pas des géniteurs qui m’ont abandonné quand je n’avais que trois semaines », sont ses seuls parents,c’est son point de vue comme il l’affirme alors que sa petite sœur veut savoir d’où elle vient.
Les deux enfants ont vécu une enfance de rêve en étant aimés et choyés, les deux enfants aiment leurs parents mais n’ ont pas par rapport à leurs origines, le même regard…..ce qui ne les empêche pas
d’aimer avec la même force leurs deux parents dits adoptants.

C’est un « conte de fées » vécu , ce qui n’empêche pas Kim, l’aîné de nous expliquer que s’il a connu l’amour dans sa famille, il a souffert du racisme de la part de ceux qu’il appelle « des racailles »…..
Le racisme existe encore.
Merci à Sophie pour ce livre plein d’humanité

Jean-François Chalot