Chocolat de Joanne Harris

Chocolat de Joanne Harris
( Chocolat)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Cameleona, le 26 février 2001 (Bruxelles, Inscrite le 19 février 2001, - ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 17 avis)
Cote pondérée : 8 étoiles (273ème position).
Visites : 4 092  (depuis Novembre 2007)

Mmmmmmh !

Lire « Chocolat » provoque un terrible dilemme : d’une part on meurt d’envie de se précipiter dans une chocolaterie, tant les descriptions de Joanne Harris sont appétissantes, mais de l'autre on se sent absolument incapable d'interrompre sa lecture !
Ce livre constitue un véritable régal, pour l'odorat bien sûr, mais aussi pour la vue et le goût, enfin tous ces sens qui font les plaisirs des gourmets. Il relate l'histoire de cette charmante sorcière venant séduire les habitants d'un petit village français avec sa boutique de douceurs, « La Céleste Praline ».
Cette magnifique bonbonnière géante rappelle étrangement la femme, tant par l’attraction qu’elle exerce que par ses formes, ses odeurs délicieuses, ses couleurs, sa beauté et ce petit côté provoquant qui est comme la cerise sur le gâteau.
Elle s'installe juste en face de l'église, au grand dam du curé qui voit cette concurrence d'un mauvais Ïil, et c’est bientôt la guerre ouverte. Tout cela a des parfums de lutte entre l’austérité et la sensualité, la punition et la jouissance. La grande question est de savoir dans quel camp se situe véritablement le mal : est-il donc si pervers de se faire plaisir ?
« Chocolat » contient aussi l’incontournable histoire d’amour, une pincée de commérages, un zeste d’intolérance, et une bonne dose d'amitié : tous les ingrédients de l’aventure humaine.
Joanne Harris nous fait là un beau cadeau, avec une histoire toute simple mais qui est comme une réduction de l'humanité. On pourrait presque donner à lire « Chocolat » à une civilisation extra-terrestre pour lui faire comprendre les contradictions de l'homme : les tentations auxquelles il est soumis et les carcans auxquels il se soumet lui-même, ce mélange de bons sentiments et d'étroitesse d’esprit, et enfin ce talent qui fait qu'une femme, en quelques pages bien enlevées, puisse faire le portrait de tout cela.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

tolérance au goût de chocolat

10 étoiles

Critique de Liliduc (, Inscrite le 31 janvier 2006, 40 ans) - 25 février 2011

Ce livre est un pur plaisir à lire et surtout m'a fait beaucoup réfléchir. De belles valeurs telles la tolérance, l'écoute... sur un fond de pur "merveille chocolatée". Je repense très souvent à cette lecture quand je lis un autre livre.
Profitons de la vie et de chaque instant présent. Soutenons-nous les uns les autres.

La morale contre le désir : une capiteuse opposition.

8 étoiles

Critique de Calepin (Québec, Inscrit le 11 décembre 2006, 38 ans) - 19 mars 2010

4e de couverture : Les habitants de Lansquenet-sur-Tannes, un village du sud-ouest de la France, mènent une vie tranquille, voire un peu somnolente. L'arrivée de Vianne Rocher va susciter un émoi considérable. C'est une jeune femme trop libre, trop drôle et trop mystérieuse pour plaire au curé du village. D'autant qu'elle s'avise d'ouvrir une confiserie, juste en face de l'église, la veille du Carême. C'est pire qu'un péché. Doit-on y voir la main du diable ? En tout cas, la guerre est déclarée. Deux camps s'affrontent : les partisans des promesses célestes et ceux des délices terrestres. Le drame, à la fois violent et burlesque, éclatera à Pâques, date choisie par Vianne pour son grand festival du chocolat.

Mon avis : Un roman doux aux effluves capiteux. Jamais le chocolat ne m'aura paru aussi délectable ! L'auteure a en effet un net penchant pour les odeurs, les textures, un univers que j'aborde moi-même très peu dans ma vie, n'ayant pas un pouvoir olfactif très puissant. Et ces aspects sont d'ailleurs très réussis. Elle sait jouer sur les tentations gustatives, la douceur d'un arôme sur une langue, ces petits éclats de joie dans le palais et qui, peu à peu, réussissent à rendre les gens moins acariâtres. En ce sens, j'ai cru à l'histoire et à la conversion des gens.

L'aspect religieux omniprésent, quoique crédible à mes yeux dans ce contexte, m'apparaît à la fois fort et faible. Fort, dans la mesure où l'opposition entre l'entretien d'une spiritualité des plus restrictives et une émancipation des moeurs, du corps, par le biais du chocolat m'apparaît très intéressante. Dans la mesure où l'on retrouve encore aujourd'hui tout ceci, d'aspect et d'intensité différents bien sûr, dans notre société. Frugalité, débauche, ascétisme, morale, désirs. Mais cette force de Chocolat est aussi pour moi une source de faiblesse : le curé conservateur contre les vils tentateurs au service de Satan, c'est du déjà vu. Bien que ce soit du bon déjà vu, le roman un peu longuet pèche un peu par simplification à mon avis. Il y avait là tous les éléments pour aller bien plus loin dans cette opposition toute personnelle à la sauce manichéenne. Restée légèrement trop en surface à mon goût, Joanne Harris a tout de même fait un choix qui s'accorde avec le ton général du livre. En ce sens, je pense qu'elle respecte cette légèreté et que malgré tout, on prend ce roman pour ce qu'il est : comme une bonne tasse de chocolat chaud.

on dit que le vent, c'est l'esprit

10 étoiles

Critique de Deashelle (Tervuren, Inscrite le 22 décembre 2009, 10 ans) - 6 mars 2010

La Sensualité du chocolat, ses tendresses et ses effluves irrésistibles à tous les tournants de pages doit combattre un village plein de commérages, empreint de haines entre clans, entre générations, états, convictions, mais bien sûr il s’unit aussitôt et se mobilise contre l’étranger quind il apparaît. Dès que Vivianne et sa fille s’y installent. Puis la haine change de cible, c’est maintenant contre les gens du voyage. Vivianne et sa fille, qui sont de la même eau et du même vent, vont-elles changer quelque chose ? Combat singulier entre le Bien et le Mal, tout en nuances.
Ode à la liberté, aux changements. Education au plaisir, au bonheur, aux valeurs de générosité. Mystères des relations entre mère et fille.
Délices des sens pour damner le pion aux rigidités sociétales, la vie gagne, et le vent, tout puissant. Langue délicieuse, délectable, qui fait saliver, bien que traduite. On dit que le vent, c’est l’esprit… et qu'il souffle!

Miam !

10 étoiles

Critique de Lucie_567 (, Inscrite le 28 février 2010, 32 ans) - 6 mars 2010

J'arrivais à sentir les effluves de la chocolaterie de Viane Rocher, rien qu'en lisant le livre ! Chaque fois que je lisais un chapitre je mourais d'envie de me rendre dans une chocolaterie et de tout dévorer jusqu'au dernier grain de cacao que je verrais ! Un délice pour les yeux !

Peppone contre Don Camillo

7 étoiles

Critique de Avanni (, Inscrit le 9 août 2008, 55 ans) - 15 septembre 2008

J'ai pris plaisir à lire ce livre teinté d'anticléricalisme et me replongeant dans une ambiance à la Don Camillo. L'histoire est bien relatée et se laisse lire. On évolue dans ce petit village au rythme du nouveau magasin de pralines et de Armande.
A déguster comme un chocolat, avec modération mais plaisir.

Appétissant

8 étoiles

Critique de Janiejones (Montmagny, Inscrite le 20 avril 2006, 34 ans) - 10 mai 2007

Pour moi qui suis une inconditionnelle de chocolat, ce livre est un pur délice et m'ouvrait l'appétit de page en page. Le petit monde fermé créé par l'auteur est très invitant, on aimerait pouvoir entrer dans cette chocolaterie et y déguster les fameux chocolats...

miamiam

9 étoiles

Critique de Valeriane (Seraing, Inscrite le 16 novembre 2005, 40 ans) - 17 août 2006

Lansquenet est un petit village paisible comme beaucoup d'autres, mais dont la vie des habitants va être bouleversée par l'arrivée d'une mystérieuse femme accompagnée de sa fille. C'est le jour du carnaval, donc juste avant le carême, que Vianne Rocher et Anouk arrivent dans ce village, comme portées par le vent... En plus d'intriguer les villageois, Vianne va susciter l'indignation chez certains d'entre eux et en particulier auprès du Curé Reynaud, lorsqu'elle ouvre les portes de sa chocolaterie.
Reynaud va mener un combat contre cette femme qu'il est bien décidé à faire quitter les lieux. Mais Vianne est mystique, et le pouvoir de séduction du chocolat est plus fort que l'appel à l'obéissance et au respect des traditions religieuses. Peu à peu la vie des habitants va changer, comme si Vianne propageait le bien et le bonheur autour d'elle... après la pluie le beau temps....
Ce roman se dévore et se déguste comme du chocolat. Et comme tout morceau de chocolat, nous parait toujours trop court. A lire sans modération (ça ne donne pas mal au ventre!)

Et pourtant

8 étoiles

Critique de Djémsy (Bruxelles, Inscrite le 7 août 2005, 32 ans) - 15 août 2005

c'est bien, c'est beau, c'est rafraichissant... On retrouve l'ambiance qui peut régner dans les villages français... La relation entre Raynaud et Vianne fait penser à Frollo et Esméralda mais la fin me semble trop vite écrite et un peu bâclée... Certaines choses ne se comprennent pas...

Gourmandise

7 étoiles

Critique de Sahkti (Genève, Inscrite le 17 avril 2004, 45 ans) - 5 mai 2004

Pour la "chocolativore" que je suis, ce livre fut un vrai plaisir. Joanne Harris y décrit à la perfection le plaisir de la gourmandise, les saveurs nuancées du chocolat, on se surprend à fermer les yeux et à imaginer un délicieux carré fondre dans la bouche.
Quand on m'avait parlé de ce livre, j'ai eu un peu peur de tomber dans des querelles de village style Don Camillo, mais à la lecture, j'ai été agréablement surprise. Ce livre est avant tout un roman délassant, mais il y règne un climat de subtilité et une bonne approche des comportements humains. Une chocolaterie, un petit village et c'est la chronique d'une bataille annoncée. Douce bataille soit, mais révélatrice de nos sentiments enfouis.
J'ai un regret: que l'auteur n'ait pas développé l'histoire des pouvoirs maternels et des dons transmis à sa fille, mais c'est ça aussi le mystère et la stimulation de l'imagination du lecteur!
Par contre, j'ai ri à la lecture des remontrances du curé Reynaud, à la limite du caricatural par moments.
(l'adaptation au cinéma de Lasse Hallström, avec Johnny Depp et Juliette Binoche est elle-aussi un régal, les papilles gustatives sont en éveil devant tous ces bons chocolats! Difficile de choisir d'ailleurs entre le regard fondant de Depp ou le chocolat :)

un p'tit bouquin sympa

5 étoiles

Critique de Folfaerie (, Inscrite le 4 novembre 2002, 51 ans) - 3 février 2004

C'est le film qui m'a fait découvrir ce roman, un peu plus consistant que son adaptation (Ah, mais le charme de Johnny Depp et Juliette Binoche...), et j'avoue également que ma passion du chocolat y est pour quelque chose...
Dommage que l'histoire reste un peu superficielle, l'auteur aurait pu en tirer quelque chose de beaucoup plus intéressant, car la plupart des personnages sont très attachants, de même que le côté caricatural de la vie dans un village français m'a un peu gênée.

En revanche, pour l'avoir lu en anglais, je dois dire que c'est une lecture rapide et facile, le vocabulaire étant plutôt basique et les structures grammaticales d'une simplicité... réconfortante pour tout lecteur qui n'est pas bilingue !

Un vrai régal

10 étoiles

Critique de Rotko (Avrillé, Inscrit le 22 septembre 2002, 45 ans) - 11 juillet 2003

Vianne Rocher et Anouk, sa fille, débarquent un jour de carnaval dans un petit village du Sud-Ouest : 200 habitants. Les nouvelles arrivantes, vêtues de couleurs vives, décident d'y poser quelque temps leurs valises, et Vianne ouvre une confiserie : "la céleste Praline". Décor flambant neuf, chocolats inventifs et délicieux, sens de l'accueil : petit à petit les habitants se risquent dans la boutique, à pas mesurés, comme hésitants devant des plaisirs nouveaux. Le chocolat est généreux, il ouvre à autrui, incite à la confidence, libère les appétits réfrénés. Dans la cuisine, il a aussi parfois un léger goût d'amertume, fruit du souvenir des errances continuelles de Vianne avec sa propre mère. Mais il irrite aussi le courroux et la jalousie des hépatiques chroniques, des
constipés de nature qui tiennent en méfiance les effets roboratifs du cacao. La confiserie change donc le climat du village, avec son petit air joyeux et païen.
Ce livre est un vrai régal, car les sens y sont à la fête : couleurs, formes, parfums, appellations poétiques, on salive à la lecture, car le plaisir n'est-il pas essentiellement cérébral ? Joanne Harris sait aussi aiguiser les appétits : elle ne livre pas tout dès la première bouchée, elle fait attendre la sensation, la développe sans l'épuiser, puis fait sentir la richesse des harmoniques en arrière-fond. Ainsi les personnages doivent être devinés, humés, tournés sous plusieurs faces, avant de devenir apprivoisés.
Fruit d'une longue expérience de la vie, le chocolat se moque des préjugés mesquins et veut être partagé comme le bonheur. Au lecteur, la joie de découvrir l'histoire et les personnages. Disons-lui seulement qu'on n'épuise pas les lectures de cette oeuvre qu'on savoure dans sa richesse d'humanité.

À déguster avec les yeux

10 étoiles

Critique de Gilou (Belgique, Inscrite le 1 juillet 2001, 71 ans) - 18 mai 2003

Ce roman " sent bon " le petit village de France. On s’y croirait. On y est bien… mais l’histoire des personnages, pour moi, manque un peu de suivi. un peu monotone parfois. MAIS, je donne 5 étoiles pour le plaisir de la tentation de croquer, à belles dents, toutes les sucreries irrésistibles et les boissons alléchantes que l'écrivain nous propose tout au long de son livre. Ce récit a fait l’objet d’un film… tout aussi alléchant je suppose ! !

Un petit goût de paradis

10 étoiles

Critique de Bridget Jones (Saint-Maur, Inscrite le 30 avril 2002, 37 ans) - 8 mai 2002





Un livre qui se déguste sans prendre un gramme! Une petite merveille qu'est ce livre: tolérence,amour,magie tous les ingrédients sont là pour goûter à ce chocolat sans plus attendre








Une leçon de tolérance

8 étoiles

Critique de Doudou (Rennes, Inscrite le 18 mars 2001, 36 ans) - 17 juillet 2001

Ce livre est un régal pour les sens et une véritable leçon de tolérance. On y découvre que l'essentiel est de profiter de la vie tant qu'il en est encore tant, sans préjugés, sans rancune et sans restriction !
Un véritable plaisir.

Bon à s'en sucrer le bec!

9 étoiles

Critique de Leïa (Montréal, Inscrite le 15 février 2001, 42 ans) - 8 mai 2001

La lecture de ce livre provoque inévitablement la faim. J'ai une terrible envie de déguster un bon chocolat. Joanne Harris a bâti un roman d'une sensualité vibrante avec des personnages vraiment attachants. C'est un livre doux qui fait du bien. Il se lit facilement et tout comme le chocolat, il se laisse savourer. J'aurais préféré le lire plus rapidement mais avec la fin d'études, j'ai pris mon temps. Mais ce fut un avantage car j'ai dégusté et n'ai pas été déçue. J'ai pris une petite bouchée chaque jour pour mieux apprécier. Et c'était excellent!!!

Aux gourmands !

0 étoiles

Critique de Anne (Rhode-Saint-Genèse, Inscrite le 2 décembre 2000, 42 ans) - 1 mars 2001

Très beau roman, plein d'émotions, de sensualité, de subtilités...Autour des plaisirs, des friandises et du chocolat se mêle un monde de croyants bien convaincus par ce genre de gourmandise !
Il allie originalité, humour, tendresse et tolérance. Je pense que vous ne pourrez pas y résister.
Lansquenet-sur-Tabbes est un village du sud-ouest de la France. Les habitants y mènent une vie tranquille, un peu somnolente, et se délectent des commérages.
L'arrivée de Vianne Rocher va susciter un émoi considérable. C'est une jeune femme trop libre, trop drôle et trop mystérieuse pour plaire au curé du village. D'autant qu'elle s'avise d'ouvrir une confiserie, juste en face de l'église, la vielle du Carême. C'est pire qu'un péché. Doit-on y voir la main du diable ? En tout cas, la guerre est déclarée. Deux camps s'affrontent : les partisans des promesses célestes et ceux des délices terrestres. Le drame, à la fois violent et burlesque, éclatera à Pâques, date choisie par Vianne pour son grand festival du chocolat.
Chocolat est un roman plein de secrets, de parfums et de sensualité. Cette fable moderne décrit subtilement les plaisirs simples de la vie qui permettent de découvrir le cÏur des hommes.

Forums: Chocolat

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Chocolat".