Béjart : Le démiurge
de Ariane Dollfus

critiqué par Veneziano, le 2 août 2019
(Paris - 41 ans)


La note:  étoiles
Un génie de la danse
Maurice Béjart est considéré comme un génie de la danse et de la chorégraphie. Fils de philosophe, venu de Marseille, il a opéré l'essentiel de sa carrière à Bruxelles pour la terminer à Lausanne, où il a préparé sa succession. Il considérait Paris comme trop"Second Empire", mais y a tout de même dirigé le ballet et l'école de l'Opéra de Paris, au tournant des années 1970 et 1980, où il a pu se prendre le bec avec Rudolph Noureev, dont il dépendait. Aussi exigeant qu'exalté comme chorégraphe et directeur, il est resté dans la postérité comme le créateur du Boléro, de l'Oiseau de feu, le Marteau sans maître de René. Musique et littérature ont constitué des sources importantes et revendiquées de ses compositions. Il a pris son nom de scène de la femme de Molière.

Cette biographie paraît aussi enrichissante que descriptive, les faits devant décrire par eux-mêmes sa personnalité. Comme elle s'est avérée forte et donc sujette à caution, une recherche d'objectivité paraît ainsi justifiée, d'autant plus que les opinions personnelles interviennent inévitablement en matière artistique. Aussi les critiques journalistes sont-elles restituées, en bien comme en mal. Ce portrait complet et fidèle retrace un esprit de révérence, en grande part justifié et en apprend beaucoup. Elle permet de découvrir ou approfondir la connaissance d'un monde particulier.