Inch'Allah, tome 3: Les cinq quartiers de la Lune
de Gilbert Sinoué

critiqué par Elko, le 31 juillet 2019
(Niort - 43 ans)


La note:  étoiles
Déstabilisations
Ce dernier tome de la trilogie reprend les événements des attentats du 11 septembre 2001 jusqu’aux débuts du printemps arabe. De nouveaux personnages portent le développement de cette période.

L’agression sur le sol même des USA ouvre la porte à un nouvel acteur dans les conflits du Proche et du Moyen Orient : l’administration Bush. Au mépris des règles internationales et avec un cynisme digne des dictateurs régionaux, elle invente et applique la guerre préventive sur un territoire souverain, en toute impunité. La soi-disant menace d’armes de destruction massive dissimule à peine les intérêts économiques. Cette intervention américaine en Irak laisse un pays complètement déstabilisé où s’affrontent violemment les communautés religieuses, formant un terreau fertile à la création d’un état islamique.
Pendant ce temps les Frères Musulmans se développent en Égypte, Bachar el-Assad renforce son pouvoir en Syrie, Israël monte des murs de protection autours de ses colonies avec le soutien indéfectible des USA.

La région s’enfonce toujours dans des conflits inextricables. Pour les personnages du roman, seule la fuite semble être la solution. Les seuls espoirs semblent reposer sur des hommes providentiels à l’image de l’Afrique du Sud.

La suite des événements, avec les révolutions arabes et Daesh, offre, hélas, largement matière à un 4ème tome.