Bad Man
de Dathan Auerbach

critiqué par Reginalda, le 25 juillet 2019
(lyon - 52 ans)


La note:  étoiles
Trop laborieux pour être convaincant
Le frère de Ben a disparu dans un supermarché il y a cinq ans, alors qu'il était sous sa supervision. Comme on pourrait s'y attendre, la famille ne s'en est jamais remise. Et voilà que Ben, faute de trouver autre chose, prend un poste de magasinier dans ce même supermarché. Le jeune homme, obèse, mal dans sa peau et handicapé par un genou défaillant, n'a jamais vraiment cessé de chercher son frère et ce nouvel emploi ne va faire que raviver ses angoisses, tout en l'incitant à redoubler d'efforts dans ses recherches.
Le problème, avec ce livre, c'est qu'on sent les efforts et les intentions, sans jamais éprouver de véritable plaisir de lecture. Dan Auerbach a cherché à transformer un environnement banal et à périr de médiocrité en un univers inquiétant où n'importe quel lieu (à commencer par le supermarché) est susceptible de receler une force obscure. Ce n'est pas mal fait, mais on s'ennuie un peu devant la répétition des mêmes schémas.
On a le sentiment que l'auteur a introduit de force une intrigue de thriller dans cette envie qu'il avait de faire du banal le lieu paradoxal du mystère et de la menace, sauf que la mayonnaise ne prend pas. La résolution de l'intrigue paraît artificielle et, en attendant, on a rongé son frein en lisant la énième métamorphose du supermarché en antre de la peur ou le énième rêve perturbant de Ben, avec la sensation que l'auteur n'a pas su insuffler unité et vie à son roman.