L'intelligence collective, clé du monde de demain
de Jean Staune

critiqué par Colen8, le 18 juillet 2019
( - 78 ans)


La note:  étoiles
Impossible n’est pas … marocain !
La nouveauté d’un tel sujet maintes fois traité est l’enquête approfondie menée auprès de l’OCP (l’Office chérifien des phosphates) la grande entreprise d’Etat marocaine créée en 1920, premier producteur et exportateur mondial de phosphates et d’engrais. Affaiblie en 2006 par un déficit de la moitié de son chiffre d’affaire la nomination d’un nouveau président a changé la donne. En quelques années et sans aller trop vite pour tenir compte des blocages internes celui-ci a instauré en modèle une entreprise paralysée par la bureaucratie autant que par l’absence de rigueur dans la gestion et d’initiative laissée aux employés. La transformation s’est opérée aussi bien auprès du personnel quel qu’en soit le rang hiérarchique que sur les structures, l’organisation, l’activité, l’innovation, la communication, la formation, le recrutement, le numérique. Initialisée par un état d’esprit recherchant le plaisir de l’accomplissement elle a enclenché un mouvement permanent de recherche du mieux faire avec la mise en place d’équipes de volontaires sur une multitude de projets à tous les niveaux.
La philosophie managériale sous-jacente a intégré des notions encore étrangères à la plupart des entreprises pour les rendre plus réactives, en quelque sorte plus agiles. Elle s’appuie sur les théories scientifiques du chaos, de la complexité, de l’incomplétude, de la décision en avenir incertain, de la logique booléenne privilégiant les opérateurs d’inclusion ET à ceux d’exclusion OU. Elle s’efforce par conséquent de surmonter des contradictions inhérentes au EN MËME TEMPS relatif à différents objectifs. Le processus en cours qui a maintenant largement dépassé le périmètre initial s’efforce de rayonner sur son environnement proche d’abord, fournisseurs, clients, partenaires, d’accroître son rôle social auprès des populations locales ensuite, d’irriguer les économies du Maroc, de l’Afrique, du Sud dans son ensemble enfin. Un exemple spectaculaire de gouvernance sortant des cadres habituels dévolus aux start-ups de la Silicon Valley, ne demandant qu’à être imité partout ailleurs.
Pour en savoir plus sur l’auteur : http://www.jeanstaune.fr/