Le dernier fleuve
de Hélène Frappat

critiqué par Pascale Ew., le 9 juillet 2019
( - 52 ans)


La note:  étoiles
Plongée en pleine nature sauvage
Dans leur périple, deux enfants arrivent près d’un fleuve et s’y installent. Les deux frères apprennent à connaître les environs, leurs voisins, la vie du fleuve et survivent dans la nature.
C’est l’histoire d’une vie sauvage, faite de jeux, de découvertes, de dangers parfois, de joies simples. Le fleuve prend beaucoup de place. Il est changeant, imprévisible, contrasté. Il donne la vie et la reprend. Il semble indomptable.
Ce récit étrange, sans explication quant aux origines ni à l’avenir ne m’a pas tellement accrochée. Aucun événement plus important ne semble se détacher de l’histoire et le temps s’écoule lentement. Tout se trouve dans les sensations : la lumière, l’eau, la faim, la peur, la confiance, les odeurs, etc. Ça ne m’a pas spécialement emballée.