Cross Fire, Tome 1 : Opération Judas
de Jean-Luc Sala (Scénario), Pierre-Mony Chan (Dessin)

critiqué par Elko, le 3 juillet 2019
(Niort - 43 ans)


La note:  étoiles
Les barbouzes du Vatican
La jeune Sofia d’Agostino travaille au sein du Cabinet Noir, une agence secrète du Saint Office. Son job est de récupérer tous les documents sensibles pouvant remettre en cause la doxa catholique et donc la stabilité de l’Église. Lorsque son coéquipier est tué au cours d’une mission, elle se voit imposer la présence d’un garde du corps issu de la mafia sicilienne, le hâbleur Angelo Costanza. Et au vu des événements il ne sera pas de trop.

Cette série surfe sur la même vague que le Da Vinci Code ou le Triangle Secret, mêlant reliques mystérieuses, sociétés secrètes (dont les inévitables Templiers) et révélations à protéger à tout prix. Cross Fire tire davantage du côté du manga avec un dessin agréable, beaucoup d’actions et un humour plutôt premier degré. Bref dans la ligne éditoriale de la maison Soleil.

Ce premier tome d’une série de 7 est un tome introductif. Je reste pour l’instant curieux de lire la suite, voir si le scénario sort des sentiers battus et si l’hypothèse d’une touche de surnaturel, qui aurait tendance à me refroidir, se confirme.