Villa Kérylos
de Adrien Goetz

critiqué par Veneziano, le 20 juin 2019
(Paris - 41 ans)


La note:  étoiles
Reconstituer une villa de Grèce antique
Les Reinach, trois frères, tous érudits dans leur domaine de compétence et fort complémentaires, décident dans l'entre-deux-guerre, d'ériger leur résidence familiale de Beaulieu-sur-Mer, sur la Côte d'Azur, dans le style de la Grèce antique, en multipliant les références à ce pays et cette période, et la dénommer villa Kerylos, du nom d'un oiseau. Les échanges avec l'architecte, Poutremoulis, sont nombreux et vifs. Les discussions familiales ne le sont pas moins. Ce chantier, aussi immense qu'insensé a priori, permet au narrateur, Achille, de s'élever socialement, lui qui est le fils de la cuisinière, qui apprend beaucoup et vite grâce au contact de ces trois frères érudits, auquel il rend hommage, en resongeant à cette épopée architecturale qui va le marquer à vie, au point d'avoir appris le grec et de vouloir s'y rendre.
Ce roman, certes savant et un tantinet élitiste, s'avère plein d'esprit, assez drôle et truffé d'anecdotes qui rend le récit vivant. Déconcertant par son objet et son environnement, il ne manque pas d'intérêt. Le style, vif et enjoué, permet une lecture relativement aisée.