La Politique, la culture (discours, articles, entretiens, 1925-1975)
de André Malraux

critiqué par Veneziano, le 16 juin 2019
(Paris - 41 ans)


La note:  étoiles
Engagement politique et importance de la culture
Ce recueil de discours et d'écrits fait état de l'engagement politique et en faveur de la culture d'André Malraux, par regroupement des grandes périodes de son existence. Avant la guerre, il s'est ainsi fait connaître comme antifasciste et anticolonialiste. De la Libération à son arrivée au gouvernement, il fait état de l'importance du rôle de l'UNESCO, de l'importance du patrimoine culturel, artistique et historique plus globalement, avec l'importance de la conservation et de l'éducation, avec une comparaison des modèles américain, soviétique et européen. Il revient à maintes reprises sur des événements importants de la Résistance et sur l'apport de la création et de la confrontation aux oeuvres. C'est en parlant d'Egypte et de l'héritage hellénique qu'il conçoit sa célèbre citation "La culture ne s'hérite pas, elle se conquiert".
Si les références s'avèrent datées, des éléments intemporels fixent l'importance de l'engagement politique et de la conservation des oeuvres artistiques, qu'il faut montrer en expliquer. Ces articles et discours fixent le cadre de réflexions philosophiques sur l'art et la politique, ce qui est loin d'être vain. Le style reste grandiloquent, mais le fond me paraît marquant pour justifier une intervention publique dans un domaine qui ne paraît pas totalement légitime a priori et qui garde toute son importance. Je le conseille donc vivement.