Les Schtroumpfs, tome 9 : Schtroumpf vert et vert Schtroumpf
de Yvan Delporte (Scénario), Peyo (Scénario et dessin)

critiqué par Koolasuchus, le 28 mai 2019
(Laon - 30 ans)


La note:  étoiles
Où l'on en perd son schtroumpf
Rien ne va plus (encore une fois) au village des Schtroumpfs ! En effet les Schtroumpfs du nord du village sont en conflit avec ceux du sud pour une histoire de prononciation. A la base simple débat pour savoir si l'on doit dire tire-bouschtroumpf ou schtroumpf-bouchon, les choses vont vite s'envenimer et c'est bientôt toute la grammaire schtroumpf qui se trouve remise en cause. L'heure est donc grave car le Grand Schtroumpf a bien du mal à gérer la situation et si il ne trouve pas de solution très vite, une guerre civile ne va pas tarder à éclater...

Avec ce tome nous retrouvons ici un récit du niveau du Schtroumpfissime ou de la Schtroumpfette, c'est drôle, intelligent et montre à quel point des querelles futiles peuvent parfois prendre une tournure bien trop sérieuse à l'image de ce qui peut se passer parfois dans le monde réel. Cette histoire nous prouve donc encore une fois que le plus grand ennemi des Schtroumpfs n'est pas Gargamel mais bien eux-mêmes, et la fin, douce-amère pour une fois, le conforte bien.

La seconde partie de l'album s'intitule « Jeux Olympschtroumpfs » et se compose de gags d'une page sur, comme son nom l'indique, le thème du sport (et surtout du tir à l'arc). Nous sommes donc purement dans l'humour et cela remplit parfaitement son contrat car les Schtroumpfs sont loin d'être des athlètes de haut niveau, à part pour la comédie.

C'est donc un très bon tome que celui-ci qui réussit à travers une histoire prenante à dépeindre les travers de notre société mais où l'on n'oublie pas de rire pour autant.