Le Pouvoir
de Naomi Alderman

critiqué par Ludmilla, le 2 avril 2019
(Chaville - 63 ans)


La note:  étoiles
"Power doesn't care who uses it"
Présentation de l’éditeur (extrait)
Aux quatre coins du monde, les femmes découvrent qu'elles détiennent le "pouvoir".
Du bout des doigts, elles peuvent infliger une douleur fulgurante - et même la mort.
Soudain, les hommes comprennent qu'ils deviennent le "sexe faible".
Mais jusqu'où iront les femmes pour imposer ce nouvel ordre ?


Un livre présenté comme étant un manuscrit écrit dans 5000 ans.
Une société dans laquelle la société actuelle (dominée par les hommes) est complètement irréaliste et oubliée.
Les personnages principaux :
- Allie, future Mère Eve, qui construira autour de ce nouveau pouvoir une religion,
- Margot, sénatrice américaine,
- Roxy, fille d'un grand bandit, celle qui sait au mieux utiliser son nouveau pouvoir
- Tunde, journaliste globe-trotter, nous fait vivre les événements à travers le regard d'un homme.

Un livre
- qui montre le côté choquant de certains comportements en inversant les rapports de force entre hommes et femmes
- pessimiste (ce n'est pas parce que les femmes prennent le pouvoir que tout se passe mieux)

.
« Je sens que je risque d'apprécier ce "monde dirigé par des hommes" dont tu m'as touché deux mots. Il est sûrement plus aimable, plus prévenant et - oserais-je le dire - plus sexy que celui dans lequel nous vivons. »

« L’adaptation a fait des hommes des gardiens du foyer bosseurs pendant que les femmes – parce qu’elles ont des bébés à protéger -ont dû devenir agressives et violentes. »

« Et aujourd’hui encore, en certains endroits du monde, on « bride » le pénis des bébés de sexe masculin – quand on les laisse naître ! Les filles n’ont pas pu connaître un tel traitement dans les époques qui ont précédé le Cataclysme. »