Le plus et le moins
de Erri De Luca

critiqué par Veneziano, le 30 mars 2019
(Paris - 41 ans)


La note:  étoiles
Un ouvrier napolitain des années 1970 et 1980
Erri De Luca continue à nous faire découvrir la population modeste de Naples. Ici, elle est centrée autour d'un personnage d'extraction modeste, qui devient ouvrier et militant politique et syndical. Ce dernier se déplace beaucoup, déjà pour commencer des études, alors qu'il participe au mouvement estudiantin de libération sociale et morale qui traverse l'Europe. Il monte à Turin, où il doit affronter le fossé culturel et social et l'Italie du nord et du sud, avec toutes les barrières que cela comporte. Il part ensuite travailler en France, où il se syndicalise à la CGT et où il constate que les Italiens se sont professionnalisés et ont monté dans la société du pays d'accueil. Sinon, il décrit son goût pour la montagne et les joies simples.
Ce roman centré autour d'un personnage, qui en est le protagoniste, permet d'étudier les mouvements et revendications d'une époque, les divisions d'un pays, la nécessité d'émigrer pour trouver du travail. Avec un style simple, voire franchement épuré, certes habituel mais ici particulièrement adapté, sont étudiés des thèmes profonds. Ce livre n'est pas vain.