Félix et la source invisible de Éric-Emmanuel Schmitt

Félix et la source invisible de Éric-Emmanuel Schmitt

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Chéry, le 20 mars 2019 (Québec, Inscrite le 27 août 2006, 41 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (24 004ème position).
Visites : 1 426 

Histoire racontée toute en douceur

Présentation de l'éditeur
Félix, 12 ans, est désespéré. Sa mère, la merveilleuse Fatou, qui tient à Belleville un petit bistrot chaleureux et coloré, est tombée dans une dépression sans remède. Elle qui incarnait le bonheur n'est plus qu'une ombre. Où est passée son âme vagabonde? Se cache-t-elle en Afrique, près de son village natal? Pour tenter de la sauver, Félix entreprend un voyage qui le conduira aux sources invisibles du monde.



Un livre pour jeunes adultes qui vaut 1000 fois la peine d'être lu! L'auteur nous fait vivre l'histoire comme si nous nous retrouvions dans la peau de Félix.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

l'Afrique, un bistrot et ... les énergies !

7 étoiles

Critique de Odile93 (Epinay sur Seine, Inscrite le 20 décembre 2004, 66 ans) - 21 novembre 2020

Voici des mots-clefs qui posent le cadre !

J'ai beaucoup aimé ce roman dans sa première partie qui fait bien les deux-tiers du livre. Donc au départ, tout se passe dans un troquet parisien, un bistrot de quartier tenu par Fatou, Africaine et maman de Félix. Pas un café clinquant mais un petit coin de Paris simple, sans fioritures mais chaleureux avec des clients pittoresques et attachants comme la transsexuelle Simone, Mademoiselle Tran et son chien Monsieur. D'autres personnages hauts en couleurs apparaissent aussi, ainsi Samba, le faux oncle d'Emile. Une certaine joie de vivre malgré le peu de moyens, une certaine chaleur humaine.

La maladie de Fatou va conduire Emile et le Saint-Esprit (si, si) à accompagner Fatou au Sénégal. Et là, mon intérêt pour ce livre disparait rapidement quand il est question de totem, esprit, énergie. Je suis alors hermétique comme la fois où j'ai entendu une énergéticienne me parler d'esprits, fantômes, des âmes des morts. Tout cela s'apparente à de l'animisme mais est à l'heure actuelle largement repris et exploité en Europe, un sujet loin de toute rationalité et là, je bloque.

J'ai eu l'impression que l'auteur adhérait à cette croyance mais j'ai lu ensuite que ce livre s'inscrivait dans une série de livres sur les religions, c'est écrit dans la postface (pourquoi n'est-ce pas en préface?).

En résumé, un petit livre agréable à lire, gentillet (oh, le vilain mot), bien écrit , tendre et optimiste mais dont je n'ai pas du tout apprécié le thème plutôt développé vers la fin.

Un peu téléphoné

6 étoiles

Critique de Catinus (Liège, Inscrit le 28 février 2003, 69 ans) - 6 octobre 2020

Félix, 12 ans, est désespéré. Sa mère Fatou, qui tient à Belleville un petit bistrot, est tombée dans une dépression. Avec l’aide de plusieurs amis, il emmène sa mère au Sénégal, pays de leurs ancêtres.
La description des habitués du bistrot « Au boulot » est assez plaisante mais autrement j’ai trouvé que le livre est bourré de clichés et l’histoire trop téléphonée.
Eh oui, monsieur E.E. Schmitt, on ne peut pas être excellent à chaque fois

Spiritualité et guérison

7 étoiles

Critique de Veneziano (Paris, Inscrit le 4 mai 2005, 43 ans) - 2 avril 2019

Une jeune mère d'origine sénégalaise s'enfonce à vue d'oeil dans la dépression, au point de tomber dans un stade d'incommunicabilité et dans l'obsession de tout nettoyer à l'eau de Javel. Son fils s'inquiète inévitablement et recherche la solution auprès de ses proches et des médecins. Désemparée, la famille tente de contacter un guérisseur animiste provenant de son pays d'origine pour en revenir aux origines du mal pour mieux le soigner.
Aussi sensible, touchante qu'improbable, cette fable interroge sur l'importance des esprits, de la force des choses et des éléments naturels pour aider à "réparer les vivants", pour reprendre le titre d'un roman de Maÿlis de Kérangal. Cette oeuvre fait assaut de poésie et de réflexion, mais de manière probablement trop naïve pour reste pleinement convaincante, au moins à mes yeux. Mais elle donne envie d'y croire et de se laisser bercer.

Forums: Félix et la source invisible

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Félix et la source invisible".