L'enfermement
de Florence Henry

critiqué par Colen8, le 19 mars 2019
( - 78 ans)


La note:  étoiles
Extraire sa petite fille chérie du trouble autistique
Un amour incommensurable, une patience illimitée, une résolution sans faille, des années d’un combat de chaque instant, c’est Florence, la maman d’Océane rebelle et guerrière. Elle a gagné contre le trouble autistique affectant Océane dès la naissance, diagnostiqué vers 3-4 ans en raison de ses retards de développement. Océane qui est un joli bébé pourtant suscite plein de questions : ses hurlements nuit et jour à moins d’être dans les bras ou bercée, ses difficultés à s’alimenter, son regard absent. Elle semble enfermée dans une bulle étanche et invisible qui la rend indifférente à tout. Les consultations s’enchaînent et confirment le diagnostic impossible à entendre pour les parents : trouble du spectre autistique.
Ce témoignage raconte ces années terribles soutenues par l’espoir fou de trouver une issue positive à ce que le corps médical dans son ensemble considère comme incurable. Guidée par sa seule intuition la maman d’Océane cherche et invente des stimulations sans arrêt nouvelles. Les années passent, des progrès apparaissent vite effacés dès la plus courte interruption puis s’accélèrent. Il y a le premier vrai rire d’Océane, l’apprentissage des lettres, quelques rares mots. L’école ne lui réussissant pas, elle doit suivre la scolarité obligatoire à la maison. Et le miracle se produit à l’entrée dans l’adolescence quand elle retrouve le collège pour l’entrée en 5ème.
C’est un récit émouvant loin du pathos. Il nous apprend que l’autisme étant un dysfonctionnement plus qu’une maladie, on n’a pas besoin d’en guérir, mais qu’il faut trouver le moyen d’en sortir quoi qu’il en coûte. L’exemple est à suivre sans garantie de résultat, hélas pour tous les enfants atteints.