L'écureuil et la première neige : Un livre à caresser
de Sébastien Meschenmoser

critiqué par Fanou03, le 17 mars 2019
(* - 44 ans)


La note:  étoiles
A quoi ressemble un flocon ?
Je suis très sensible au graphisme crayonné que certains illustrateurs utilisent avec beaucoup de sensibilité. Sebastian Meschenmoser est de ceux-là. Humour, tendresse, poésie : il y a de tout cela dans l’histoire de l’Écureuil et la première neige. Cet écureuil qui lutte contre son engourdissement hivernal, pour découvrir enfin ce qu'est un flocon (et en profite pour entraîner dans son rêve d’autres copains) est extrêmement touchant, drôle aussi, donnant lieu au passage à quelques pages surréalistes !

Surtout on ne se lasse pas de détailler la technique de l’auteur ! Le travail sur les écorces des bois, du pelage des animaux, semble à première vue une simple esquisse au crayon papier. Pourtant, jouant avec les ombres et les épaisseurs, ou avec de simples touches de crayons de couleur - pour l’écureuil et l’ours en particulier - le décor et les personnages prennent chair de façon assez stupéfiante. Les animaux sont à la fois très réalistes, et par certaines attitudes, profondément humains. Les pages qui font l'épilogue sont d’ailleurs à ce sujet un magnifique clin d’œil !

(Je précise que j'ai eu en main l'édition classique et non pas la version "à caresser")