Le ciel sous nos pas de Leïla Bahsaïn

Le ciel sous nos pas de Leïla Bahsaïn

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Alma, le 14 mars 2019 (Inscrite le 22 novembre 2006, - ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 99 

« Tout se paye »

« Quelque part de l'autre côté de la petite mer », dans une ville du Maroc.
Nichée sur le petit balcon, son « perchoir » qui domine la Place de la Dame Libre, l'héroïne-narratrice observe les allées et venues et rêve..... Elle rêve d'un monde où la femme marocaine ne subirait pas la domination masculine. Elle ne se contente pas d'en rêver la nuit, elle s'emploie à le réaliser le jour.
Elle vit au sein d'une famille de femmes, avec sa soeur Tifa et sa mère « officielle » (on verra plus tard ce que recouvre cet adjectif), une femme « mulet » qui est à elle seule « un homme et demi » et fait vivre la maison des produits de son commerce d'objets de contrebande.
Scolarisée en lycée, bonne élève le jour, l'adolescente au corps en métamorphose et qui sent en elle l'éveil de la libido, devient rebelle la nuit et se livre avec sa copine Kenza, qui possède une MKB Swing, à des équipées nocturnes à moto.

Un jour viendra où sa soeur Tifa finira par « s'écouler sur le marché matrimonial » et partira vivre en France ; un autre suivra où sa mère mourra .
Croyant rejoindre « le beau nombril du monde » elle franchira par bateau « la petite mer » et rejoindra alors Tifa en banlieue parisienne .
La déception est grande, on est loin du Paris rêvé, idéalisé, on est loin du Paris de la chanson d'Enrico Macias ….. Paris ne l'a pas prise dans ses bras …Elle se retrouve dans la triste cité des Petits Nègres où Tifa remariée à un islamiste radical mène une vie de recluse .

Surtout, ne pas tomber, comme sa sœur dans les filets de cette société corsetée !
Faisant sien le slogan du jeu vidéo favori de son extrémiste de beau-frère « il y a un guerrier en chacun de nous », notre héroïne va prendre son destin en main et lutter pour assurer son émancipation « la liberté ne s'offre pas, elle s'arrache, elle se dérobe,elle se gagne et se paye à la sueur du corps ».
Une émancipation qui passera par la savoir, par l'inscription à l'université, aidée en cela par des rencontres avec de bons samaritains .
Sa vie se transforme progressivement grâce à l'amitié de Sonia, la boxeuse qui « la plonge dans la réalité du langage des banlieues où la langue cogne pour exprimer le cri des caves moisies », au soutien de l'étudiant Yoni qui la rassure dans ses recherches universitaires, à l'amour d'un bibliothécaire qui pourvoit à ses besoins en livres, à Négrita, celle qui l'avait déjà précédemment tirée d'affaire. Cette émancipation va se poursuivre plus tard lors de son retour au pays où elle mettra sa réussite au service de femmes analphabètes marocaines .

Premier roman de Leïla Bahsaïn, cet ouvrage est une réussite et une agréable pépite.
Il vous charmera par sa pétillance, son humour, par la fraîcheur du regard naïf et souvent décalé de l'adolescente sur le monde des adultes et sur la société de consommation.
Il vous emportera par la force de son écriture, un écriture « pêchue », incisive, souvent caustique dans ses raccourcis et ses images, pleine de créativité car métissée, nourrie d'un imaginaire marocain et mixée avec des tournures françaises .

Il vous touchera, ce roman d'apprentissage qui présente le cheminement de son héroïne, confrontée à diverses épreuves, aidée par des personnages facilitateurs ou initiateurs , et qui passera des années de jeunesse au Maroc aux années d'apprentissage en France pour déboucher sur une période de maîtrise, d' équilibre et d'accomplissement où elle entraînera d'autres êtres dans son sillon .

Il représente une leçon de vie pleine de lucidité qui invite à agir et non à subir, à prendre et non à accepter et qui ne cache rien des difficultés à affronter, comme en témoigne la phrase qui revient comme un leitmotiv « Tout se paye ». Car notre battante d'héroïne sait que rien n'est donné et et qu'il faut parfois payer un prix fort pour atteindre un idéal !

C'est enfin un joli conte où le parcours de l'héroïne est jalonné de rencontres ou de retrouvailles avec des bonnes fées : Négrita, Pavlova, Marianne. Un conte comportant en son milieu l'histoire de Cornes de gazelle,que lui racontait Tifa autrefois, l'histoire de la belle enfant « désignée par les esprits du bien pour trouver un trésor ».  Placée entre la séquence au Maroc et le départ pour la France, serait-elle la préfiguration du destin de:l'héroïne ? Libre au lecteur de l'interpréter comme il le voudra, confie Leïla Bashaïn dans une interview.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Le ciel sous nos pas

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Le ciel sous nos pas".