Cachées par la forêt: 138 femmes de lettres oubliées
de Éric Dussert

critiqué par Colen8, le 8 mars 2019
( - 77 ans)


La note:  étoiles
Femmes de lettres ramenées à la lumière
Poésie, théâtre, conte fantastique, correspondance, nouvelle, feuilleton, biographie, roman, reportage, récit de voyage, livre pour la jeunesse, article de presse, essai, traduction, tels sont les genres produits par des femmes qui ont apporté leur pierre à la création littéraire mondiale du dernier millénaire. Madeleine Gagnon la Québécoise pour ne citer qu’elle a les honneurs de CL. En les ramenant à la connaissance des lecteurs du temps présent Eric Dussert fait preuve d’une impressionnante maîtrise de critique bourrée de références, illustrant leurs œuvres d’extraits, ajoutant des commentaires de contemporains. Il livre comme un trésor d’écrits effacés de la mémoire collective. Une partie en existe encore ou a été rééditée, une autre peut être consultée sur la bibliothèque numérique Gallica, et la dernière est sans doute entre les mains de rares bibliophiles.
Il brosse ces courts portraits de 138 femmes remarquables par leur talent, leur engagement, leur originalité, leur courage, leur sincérité, leur féminisme sans excès, enfin leur passion souvent précoce pour l’écriture plus d’une fois couronnée de succès, par exemple le Nobel pour l’une d’entre elles, le Femina pour plusieurs autres. Françaises du XXe siècle dans leur majorité dont elles animent, qualifiées de salonardes, la vie intellectuelle, mais pas seulement, elles appartiennent en fait à une flopée de nationalités qui donnent à ce recueil un caractère universel : japonaise, italienne, autrichienne, hollandaise, anglaise, suédoise, roumaine, algérienne, égyptienne, américaine, russe, suisse, péruvienne, polonaise, brésilienne, belge, néo-zélandaise. C’est une compilation attachante qui sait les rendre intéressantes et donne envie de les (re)découvrir.