L'homme qui aimait trop les livres
de Allison Hoover Bartlett

critiqué par Blue Cat, le 2 mars 2019
( - 55 ans)


La note:  étoiles
Collectionneurs de livres anciens aux USA
Je pensais lire un récit passionnant sur le monde des collectionneurs de livres, qu'ils soient précieux, anciens, ou simplement 'première édition'. En fait, il s'agit d'une enquête, relatée dans un style platement journalistique, sur un vrai voleur de livres, dont l'identité est donnée (et la photo visible sur Internet). La journaliste d'investigation Hoover-Bartlett relate les étapes de cette enquête qui la mène à interroger ce voleur de livres à plusieurs reprises, tout en recevant les confidences des ses victimes, les collectionneurs délestés par ce triste individu.

Cet homme falot, sans culture réelle, s'est persuadé qu'en se construisant au fil des années une bibliothèque 'précieuse' contenant tous les grands titres mondiaux, la société reconnaîtrait enfin sa qualité d'être supérieur et lui vouerait une admiration définitive. Là déjà, on comprend que l'on a affaire à un cas psychiatrique. De plus, cet 'homme sans qualités' est un voleur invétéré, jamais rattrapé par la moindre culpabilité. Au contraire, il considère que les vendeurs de livres anciens constituent une sorte de mafia sans scrupules et qu'il est donc noble de voler les voleurs... Il a le temps de méditer sur son avenir radieux durant les nombreuses périodes qu'il passe dans les prisons fédérales et n'en ressort que pour y revenir, toujours pour le même chef d'inculpation : 'Vol de livres anciens'.

Le seul aspect du livre qui m'a intéressée est constitué par les entretiens que l'auteure journaliste a menés avec les vrais collectionneurs/vendeurs, qui sont vraiment passionnés par leur métier. Mais la passion va de pair avec l'obsession de tout collectionneur, je pense. Quand en plus il s'agit de littérature, je peux d'autant mieux comprendre l'émotion profonde que l'on ressent devant un manuscrit de Rimbaud, par exemple. Et les cours s'envolent, car on apprend qu'investir dans les livres anciens est un excellent placement financier sur le long terme, l'un des plus sûrs.

Ma conclusion est que l'enquête autour du voleur, personnage méprisable et sans charisme aucun, n'a pas grand intérêt. En revanche, ce que l'on apprend sur les collectionneurs et les 'Foires aux livres anciens' aux USA est intéressant. A lire pour ce que cela vaut, à savoir une enquête journalistique et non de littérature.