Voyage en Europe: De Charlemagne à nos jours
de François Reynaert

critiqué par CHALOT, le 1 mars 2019
( - 71 ans)


La note:  étoiles
original et attrayant
« Voyage en Europe »
livre de François Reynaert
De Charlemagne à nos jours
éditions Fayard
305 pages
janvier 1919


La construction de ce livre est originale .
D'une ville à l'autre, villes choisies par l'auteur, le lecteur est invité à une leçon d'histoire originale et attrayante.
L'histoire nationale arrivera après, c'est la réalité géographique et historique de l'Europe qui compte avec ses colonisations subies qui ont construit la réalité d'aujourd'hui.
L'auteur ne se contente pas de raconter, il explique son point de vue original et bien construit.
Pour lui la distance physique qui sépare le pape et l'empereur dans de nombreux pays européens en construction et en remodelage a été une source de bienfaits :
« A mon sens, c'est dans ce large fossé, placé dès le départ entre le temporel et le spirituel que germe lentement la laïcité qui n'apparaîtra que des siècles plus tard. Bénissons-le » !
Si les royaumes européens à la Renaissance ont fait la conquête du nouveau monde alors que la Chine, grande « puissance » est restée « l'arme au pied » c'est parce que l'existence de nombreux pays concurrents a créé de l'émulation.
Christophe Colomb va frapper à la porte du Portugal.... éconduit , il tente sa chance en Espagne et finit par convaincre la reine et ses conseillers.
Ce récit est vivant et captivant .
Tous les européens partagent la même histoire, celle des châteaux forts au Moyen -âge, jusqu'aux deux guerres mondiales en passant par la révolution industrielle .
Les guerres de religion d'un côté et les Lumières de l'autre sont au patrimoine des pays européens qui se sont forgés peu à peu en nations découpées par le vent de l'histoire et les rivalités.
Aujourd'hui, l'évolution du monde avec ces super-puissances et les risques pour la planète offre des perspectives effrayantes.

Je partage ce jugement même si je trouve la conclusion europhile de l'auteur un peu optimiste quand il conclut par cette phrase :
« Seuls, face à ces périls, nous ne pesons plus rien. Unis, nous sommes cinq cents millions. »
Est-ce que l'Union Européenne , ultra libérale est une réponse face au réveil des nationalismes exacerbés ?
Je ne le crois pas mais ceci est une autre histoire....

Jean-François Chalot