Chine
de Alberto Zola

critiqué par Tistou, le 26 février 2019
( - 63 ans)


La note:  étoiles
Quarante siècles de civilisation
Ouvrage de photos essentiellement (photos créditées à de nombreux photographes) et accompagnées d’un texte minimal, qui laisse in fine une sensation d’incomplétude. Le sujet, il est vrai, à l’instar du pays, est vaste et protéiforme, mais l’impression finale reste qu’on n’a pas le sentiment d’avoir progressé dans la connaissance du pays et de son être.
Il faut dire que ce genre de commentaire, qui ponctue une rapide histoire du pays Chine, me laisse songeur :

« …, le coup final à la souveraineté chinoise fut portée par la défaite contre le Japon dans la guerre de 1894 – 1895. En effet, cette défaite entraîna la division du territoire chinois en « sphères d’influence » confiées au contrôle des puissances coloniales, et marqua la fin de l’ancien régime impérial, ratifiée quelques années plus tard, en 1912, avec la naissance de la République de Chine. C’est à partir de cette date que commença la longue lutte du peuple chinois pour reconquérir sa propre liberté et rendre au pays son indépendance. Ce fut un parcours long et douloureux, qui se fit à travers une guerre civile dramatique et une nouvelle guerre avec le vieil ennemi japonais. Il se termina par la proclamation de la République populaire de Chine, le 1er Octobre 1949, et par la promulgation de la nouvelle Constitution. Depuis cette date, le pays vécut à l’heure communiste, sous la direction de Mao Zedong jusqu’à sa mort en 1976, puis sous celle de Deng Xiaoping. Aujourd’hui s’amorce une libéralisation économique accompagnée d’une certaine ouverture au monde. »

… une libéralisation économique accompagnée d’une certaine ouverture au monde … Qu’en terme sibyllins ces choses-là sont dites ! S’agissant d’un pays schizophrénique au possible, se déclarant communiste et pratiquant un capitalisme de privilégiés forcené …
A la décharge de l’ouvrage, il date de 1998. Les choses se sont notablement accélérées depuis lors. Néanmoins …, on voudrait éviter tout propos polémique qu’on ne s’y prendrait pas autrement.
Dès lors, l’ouvrage se résume à l’exposition de belles photos exposant les multiples facettes de la géographie du vaste pays et la diversité de son peuplement et de ses cultures ; depuis les villes thrombosées de Pékin et Shangaï aux cimes glacées himalayennes. C’est que le pays offre une diversité de paysages et de modes de vie impressionnantes, mais la gangue politique implacable qui enserre ce milliard et demi d’êtres humains fait peur et ne donne pas tant envie.
Pour ma part, je n’ai pas trouvé dans cet ouvrage des éléments de réponses aux légitimes questions qu’on peut se poser dès lors qu’on se tourne vers ce pays …