Observer la Terre depuis l'espace - Enjeux des données spatiales pour la société
de Michel Avignon, Cathy Dubois, Philippe Escudier

critiqué par Colen8, le 24 février 2019
( - 78 ans)


La note:  étoiles
Etrange paradoxe
Depuis le premier bip de Spoutnik en 1957, il y a eu d’un côté des centaines de satellites actifs offrant des moyens technico-scientifiques puissants et précis pour fournir des images de la Terre. Les connaissances qu’ils ont apportées sur toutes les altitudes et les profondeurs depuis les hautes couches de l’atmosphère jusqu’à la structure terrestre interne ont débouché depuis longtemps sur les retombées de la météo, des communications, du GPS, sur des formes de surveillance renouvelées à propos du changement climatique, des catastrophes naturelles, de la place du vivant dans l’environnement. Des structures internationales sans frontières se sont mises en place pour rendre les formats compatible et coordonner les échanges de données entre chercheurs des disciplines scientifiques concernées, opérateurs régionaux et locaux de gestion des ressources actives, industriels chargés du développement et de la livraison des capteurs technologiques utilisés.
On est loin pourtant de valoriser tout le potentiel des données accessibles après des séries de traitements sophistiqués qui alimentent d’autres systèmes terrestres pour l’agriculture, les collectivités, l’hydrographie, les diverses cartographies de suivi des territoires. Entre les lignes de cette présentation détaillée des capacités et des techniques satellitaires transparait comme un plaidoyer contre les freins administratifs agissant sur des décideurs et sur des acteurs locaux aux prises avec des injonctions pour les uns, des intérêts pour les autres, contradictoires. Le cas de la prévention des risques civils en est un exemple, qui exclut les installations nucléaires du champ étudié par les responsables qui en ont la charge. Une initiative politique majeure en 1998 de l’Union Européenne sur le spatial en complément de l’expertise de l’ESA(1) s’exprime avec le développement du programme Copernicus entré dans sa phase opérationnelle en 2014. Il produit du big data en libre accès pour en aval susciter des innovations d’usage, générer des applications commerciales, créer des emplois, alimenter la croissance.
(1) European Space Agency, Agence Spatiale Européenne.