The Bilingual Edge: Why, When, and How to Teach Your Child a Second Language
de Kendall King, Alison Mackey

critiqué par Elya, le 17 février 2019
(Savoie - Dauphiné - Ardèche - 29 ans)


La note:  étoiles
Enfant bilingue : comment transmettre deux langues
De nombreux ouvrages anglophones ont pour thématique l'éducation d'un enfant bilingue. Il s'agit surtout de témoignages et de guides pratiques, s'appuyant que très partiellement sur la littérature scientifique, souvent écrit par des parents d'enfants bilingues (voir par exemple Maximize Your Child's Bilingual Ability: Ideas and inspiration for even greater success and joy raising bilingual kids de Adam Beck https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55164 et Bringing up a Bilingual Child de Rita Rosenback https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/55145). L'ouvrage présent se distingue quelque peu puisqu'il est écrit par deux professeur·es et chercheur·es états-unien·nes en linguistique, également parent d'enfants bilingues. Il s'appuie donc un peu plus sur les données scientifiques sur le sujet contrairement aux ouvrages précédents. Cependant, les auteurs citent de manière parcellaire les études sur lesquels ils s'appuient pour délivrer leurs conseils. Il s'agit souvent d'études menées sur de tout petit échantillons, jamais reproduites. En finissant la lecture de l'ouvrage, je n'ai malheureusement pas eu l'impression d'avoir eu une présentation très factuelle du sujet, d'autant plus que les limites méthodologiques des études ne sont jamais discutées.

Le public cible de cet ouvrage est les parents souhaitant transmettre au moins deux langues maternelles (ou parentales) à leur enfant, ou qui souhaitent que leur enfant soit bilingue sans forcément eux-même posséder deux langues.
Le chapitre que j'ai trouvé le plus intéressant est celui consacré aux facteurs à l'origine des différences inter-individuelles dans les compétences en compréhension et expression d'une ou plusieurs langues. C'est ce qui explique en partie que finalement, la marge de manoeuvre des parents n'est pas très grande, et cela peut déculpabiliser certains qui pensaient être passés à côté de quelque chose dans la transmission d'une langue qui leur était pourtant chère. Ces facteurs sont le sexe de l'enfant (les enfants de sexe féminin sont généralement meilleures et plus précoces dans ces apprentissages), la place occupée dans la fratrie (l'ainé aura plus de facilité que les suivants, étant plus exposés aux langues, ses parents ayant plus de temps à lui consacrer généralement), et des dispositions et attitudes innées sur lesquelles nous avons peu d'emprise.