Vasarely - Une saga dans le siècle
de Philippe Dana, Pierre Vasarely

critiqué par Veneziano, le 13 février 2019
(Paris - 41 ans)


La note:  étoiles
Un Hongrois crée l'art optique
Un immigré hongrois termine ses études en beaux-arts, dont la famille s'installe en France. L'apprenti artiste se rapproche de l'avant-garde de son pays d'accueil pour en incarner la quintessence, par le caractère fortement innovant du courant qu'il contribue à lancer, l'art optique, fait d'impressions de reliefs par des assemblages de formes géométriques et de nuances de couleurs simulant des éclairages partiels. Il s'associe à Denise René, galeriste réputée qui se spécialiste dans le cinétisme et l'Op art, au point d'en devenir intime, avant de redevenir avant tout collaborateur. Passant par le monde de la publicité, il sait mettre en avant ses concepts et tournants.
L'artiste s'installe à Gordes et s'associe à l'université Aix-Marseille III qui gère la fondation qui porte son nom et gère ses collections et oeuvres. Ouvrent deux musées qui lui sont consacrés, après avoir été proches des communistes et du couple Pompidou qui a promu l'art contemporain. Son petit-fils, longtemps salarié de la fondation, gère aujourd'hui le legs et promeut l'apport de l'oeuvre.

Cette biographie à quatre mains reste toujours objective, tout en introduisant des éléments personnels de la vie de Vasarely. Elle s'avère complète, autant que vivante, sans jamais s'immiscer dans l'indicible. Elle paraît utile pour un artiste qui a tant marqué son époque.