Vasarely
de Magdalena Holzhey

critiqué par Veneziano, le 10 février 2019
(Paris - 41 ans)


La note:  étoiles
Le pionnier de l'art optique
Victor Vasarely, Hongrois installé en France, a contribué au lancement de l'art optique dans les années 1950, notamment via la galerie Denise René, à Paris. Il a introduit très vite les formes géométriques dans son oeuvres, car elle font écho au cosmos et donc à un mode universel de communication, en vue d'instaurer un art social. Il étudie la nature pour en capter les formes essentielles qu'il prend soin d'épurer pour donner l'impression du mouvement. C'est ce qui le distingue du cinétisme qui l'intègre dans l'oeuvre même.
Ces trompe-l'oeil géométriques de mouvement simulant le relief tout en restant en deux dimensions utilisent peu de couleurs qui pratiquent leur effet par leur contraste et par un jeu progressif d'éclaircissement et obscurcissements. Le déplacement de formes géométriques, par des losanges au milieu d'un environnement de carrés, par exemple, simule l'idée que certains éléments peuvent être déplacés ou bouger.
Cet art basé sur la géométrie et la physique provoque de l'effet et reste assez beau, en tout cas intéressant.