L'Été des quatre rois
de Camille Pascal

critiqué par Colen8, le 18 janvier 2019
( - 77 ans)


La note:  étoiles
A revivre comme en direct
Les Trois Glorieuses désignent ces journées agitées de l’été suffocant de 1830, celles qui déclenchent une nouvelle révolution antimonarchique, qui feront tomber Charles X pour avoir voulu abroger intempestivement la Charte de 1814 octroyée à contrecœur par son frère Louis XVIII. Ce sont celles qui voient la fin de la branche aînée des Bourbon et l’avènement de la cadette Orléans par la désignation de Louis-Philippe sur le trône. Celles-ci et les deux semaines suivantes forment la trame de cette histoire d’une finesse parfaitement maîtrisée, écrite comme le thriller qu’elles ont été pour leurs contemporains parisiens, acteurs, spectateurs, parfois hélas victimes. C’est un grand roman historique, riche d’une prose colorée respectant le style et le vocabulaire de ce temps-là, d’une écriture visuelle aussi car bourrée d’images et de détails fascinants, un roman qui mérite largement le grand prix du roman de l’Académie Française.
S’y côtoient en parallèle au gré des événements que nul n’a su prévoir les cohortes de personnages : la famille royale à son arrogance outrancière avec sa cour servile, les ministres pusillanimes, le vieux fat de La Fayette marionnette entre les mains d’un gouvernement provisoire républicain installé à l’Hôtel de Ville, les pairs et députés ballottés entre les camps prêts à en découdre, les journalistes parmi lesquels Thiers cherchant l’occasion d’élever son médiocre statut social, les grands écrivains passé à la postérité apparaissant furtivement, les banquiers de la haute finance soucieux avant tout de ne pas laisser s’installer l’anarchie, l’inoxydable Talleyrand le boiteux encore à la manœuvre en coulisses pour rassurer le corps diplomatique européen... Tout y est minutieusement reconstitué, leurs calculs, attitudes, costumes, les lieux de pouvoir convergeant vers le domaine royal de Saint-Cloud, le centre de Paris livré aux barricades, les scènes d’émeutes, de pillages, de violences à peine contenues par les loyalistes sous-équipés très vite incapables de résister à la rue. Enfin l’embarquement forcé à Cherbourg après un périple sans gloire à travers le bocage normand.
L'autre révolution 8 étoiles

En signant les ordonnances revenant sur les droits acquis avec la Chartre de la Restauration, Charles X a créé l'étincelle qui a embrasé le peuple de Paris. Voulant renforcer son pouvoir, il n'a fait que précipiter la chute de la branche aînée des Bourbons.

Je n'ai pas grand chose à ajouter à l'excellente critique de Colen8. Je souscris à chaque mot.

J'ai quasiment tout appris sur cette transition du pouvoir. Étonné que la République soit encore un épouvantail brandi pour rallier les hésitants. Passionné par les tractations politiques. Touché par la personne du roi Charles X, monarque dépassé, si peu éclairé dans le choix de ses conseillers et suspendu au rêve anachronique d'Ancien Régime. Vieil homme engoncé dans une étiquette qui dès qu'elle s'écorne devient pathétique, il a finalement été le fossoyeur de son propre règne.

Elko - Niort - 43 ans - 10 février 2019


Une deuxième réaction contre une monarchie archaïque 8 étoiles

La Restauration a remisé partiellement au placard la Révolution, Charles X assumant un tournant ouvertement conservateur, sans grand changement positif pour la population. La canicule de l'été 1930 exacerbe encore un peu plus les rancoeurs et provoque un nouveau renversement de régime, alors que le monarque en place n'est autre que le frère de celui déchu et exécuté en 1789. Ce bis repetita est étudié ici dans le détail : la lectrice et le lecteur assistent à la chute des tenants d'un régime qui présente des difficultés à se résigner à l'air du temps et aux nécessités de changement, tant le poids des traditions ankylose leur esprit.
J'ai beaucoup appris de cette épopée de trois jours, les fameuses Trois glorieuses, chaque déplacement officiel faisant l'objet d'une analyse presque longue. Cette rétrospective est menée, de manière haletante, la psychologie venant souvent à la rescousse des réflexions et discussions.

Veneziano - Paris - 41 ans - 10 février 2019