Sur la piste animale
de Baptiste Morizot

critiqué par Grandgousier, le 6 janvier 2019
( - 54 ans)


La note:  étoiles
Les animaux, nos frères en humanité
Dans une langue d'une grande poésie, Baptiste Morizot stigmatise le "pauvre civilisé qui veut vivre en toute solitude cosmique, sans avoir à être vigilant à son environnement désormais vidé de présences, sans avoir à connaître cet environnement, et sans avoir à négocier avec des puissances animales, végétales, écosystémiques, atmosphériques, qu'il considère comme inférieures." Ce pauvre civilisé ne perçoit pas que "les animaux sauvages forment à nos côtés un peuple fier et étranger, qui partage avec nous ce monde, et dont la proximité énigmatique élève notre conception de nos propres existences". Un essai naturaliste et une belle œuvre littéraire.