The heart of Dead Cells
de Benoît Reinier

critiqué par Sotelo, le 1 janvier 2019
(Sèvres - 36 ans)


La note:  étoiles
Les petits qui font de grandes choses.
Avec cet ouvrage, les éditions Third lancent un nouveau type de livre, à mi-chemin entre le "making-of" et l'"artbook". Le sujet ici est le jeu vidéo "Dead Cells", un titre indépendant français qui a beaucoup fait parler de lui en 2018, de par ses immenses qualités. Comme d'habitude, le livre revient sur les coulisses de la création du jeu, sur son univers et ses différentes thématiques, le tout agrémenté de nombreuses images et illustrations, ce qui est très rare chez l'éditeur. Le résultat est splendide et pourrait laisser espérer d'autres ouvrages du même acabit consacrés à la scène indépendante vidéoludique, devenue aujourd'hui incontournable dans le milieu. Car c'est bien dans ces petits studios pleins de passionnés que l'on retrouve le plus souvent la créativité qui fait défaut aux grandes productions. Et rien que pour ça, ils méritent qu'on leur rende hommage.