Au-delà du personnel : Pour une transformation politique du personnel
de Corinne Monnet, Léo Vidal

critiqué par Elya, le 30 décembre 2018
(Savoie - Dauphiné - Ardèche - 29 ans)


La note:  étoiles
Alternatives à l'Amour et au couple
Cet ouvrage pourrait s'apparenter à un recueil de nouvelles, si ce n'est que les textes qu'il contient ne sont pas de fictions, mais des témoignages réels de différentes personnes. Leur point commun est de traiter des relations interpersonnelles affectives ou sexuelles, que l'on catégorise souvent en "amour" et "amitié", alors que la frontière n'est souvent pas si nette que cela. Les auteur·es de ces textes, souvent issu·es de milieux militant·es pour des droits politiques plus important pour tou·tes les citoyen·nes, ou pour les personnes LGBT ou de sexe féminin, ont vécu des expériences très diverses, et nous les livrent sur le papier, en les recontextualisant, en explicitant ce que selon eux et elles cela a changé dans leur vie, ce qui est condamnable, ce qui ne devrait pas être, et en théorisant les choses de façon différentes.

Le constat est le suivant : il y a des choses, des histoires de coeur et de sexe, dont on parle peu, parce qu'on les catégorise dans les histoires "personnelles", "privées", considérées comme trop intimes, choquantes, ou trop inintéressantes, banales pour être dévoilées. Or, pouvoir exprimer de manière plus libre ses vécus et ses ressentis sans ressentir de pression social réelle ou fictive pourrait permettre d'avancer : en acceptant mieux ce que nous vivons ou avons vécu, en le comprenant mieux, ou au contraire en le dénonçant, pour que d'autres ne le revivent plus (cas de viol, de moqueries vis-à-vis de pratiques ou attirances sexuelles atypiques bien qu'entre individus consentants, par exemple). D'autre part, ce qui se passe dans l'intimité d'un foyer ou d'un lit, entre deux (ou plusieurs) personnes, souvent de sexe différent (mais pas que), n'a pas grand chose de différent de ce qui passe dans la rue puisque d’une part ce sont des rapports sociaux de sexe structurés par la domination de certains individus sur d'autres qui construisent les humains en « femmes » et « hommes » et que, d’autre part, le pouvoir des uns ne disparaît pas dans l’antre de l’affectif et du "privé".

Ces textes sont écrits en majorité par des femmes, et quelques hommes, en tout une vingtaine de personnes et donc de textes. Ils remettent souvent en question l'amour, l'Amour avec un grand A qui nous est conté dès notre plus tendre enfance avec des histoires de princesses et de princes, et qui pourtant, une fois adulte, peut causer tant de drames, sans compter les difficultés qu'il y a à caser une relation de manière claire dans la case "amour". La monogamie est également la cible de nombreuses critiques, ce qui ouvre les portes à d'autres types de relations : la possibilité d'avoir des relations sexuelles ou affectives à côté de son couple principal, avec consentement de tou·tes les partenaires impliqué·es ; la possibilité de ne pas s'envisager en couple, mais de simplement vivre tout type de relation avec une intensité spécifique, au-delà de toute catégorisation en couple, amitié, amour, etc. Enfin, c'est aussi l'hétérosexualité (ou plutôt, la condamnation de l'homosexualité) qui est également analysée.

C'est ainsi plein d'alternatives de la façon de nouer des relations affectives et sexuelles qui nous sont présentées, comme alternatives à celles considérées comme "naturelles". Non pas comme des recettes miracles, que tout le monde devrait dûment adopter (bien que parfois le ton le laisse suggérer). Simplement, cela nous ouvre le champs des possibles, nous montre qu'il est envisageable, si notre façon de vivre ne nous convient pas ou plus, de transformer notre vie, par d'autres chemins que ceux du viol, de la jalousie, de la possessivité, de l'adultère, des disputes, du renfermement sur soi-même ou de la prostitution.

« Les relations libres brisent le mythe qu’on peut être et qu’on sera tout pour une partenaire et vice versa. Elles impliquent une certaine humilité et un certain réalisme. En tant qu’individue on peut signifier et offrir beaucoup mais d’autres le peuvent également. Les relations libres impliquent qu’on soit honnête et ouvert. Qu’on respecte la liberté de l’autre. Qu’on apprenne à gérer des conflits intérieurs et extérieurs. Il s’agit donc de développer une non- monogamie responsable. »

J'ai lu cet ouvrage à plusieurs reprises, la première fois il y a 4 ans, car j'ai toujjours questionné depuis l'adolescence de manière critique le couple, l'amour, le mariage, la fidélité. J'ai donc été très réceptive à ces témoignages. Cependant je pense qu'ils peuvent heurter fortement des lecteurs et lectrices qui n'ont jamais remis en question la façon classique de concevoir le couple. En effet, les auteur·es ne se contentent pas de donner leur ressentis, mais condamnent fortement moralement les façons plus conventionnelles de vivre et d'envisager les choses, en les rendant responsables de nombreux maux de notre société. De plus, leur lecture des relations est exclusivement sociale : ils rejettent massivement toute explication biologique et évolutioniste (qui pourtant permet d'expliquer beaucoup de choses, y compris l'homosexualité, sans pour autant les condamner ou justifier moralement). Ces limites ne m'ont cependant pas gếné car les propos tenus ici sont extrèmement minoritaires, précieux, subvsersifs, et, pris comme des témoignages, ils nous permettent d'avoir accès à des opinions, des ressentis, qu'il est rare de croiser dans la "vraie" vie.

Au-delà du personnel est un ouvrage qui à ma connaissance n'est plus édité en format papier, mais est facilement et légalement téléchargeable en PDF, puisque sous licence créative commons. Ici : https://infokiosques.net/IMG/pdf/Audela.pdf