Apprenti
de Pierre Magnan

critiqué par Tistou, le 29 décembre 2018
( - 62 ans)


La note:  étoiles
Confession de jeunesse
Oui, davantage qu’une autobiographie c’est carrément une auto-confession de l’enfant Pierre Magnan, de ses 4-5 ans jusqu’à l’adolescence et ses 18 ans. Il ne nous cache pas grand-chose, dévoilant même ce qu’une attitude d’enfant a pu générer comme effet secondaire auprès de sa mère. Beaucoup d’auto-culpabilité dans cet « Apprenti ». Pierre Magnan doutait beaucoup de lui, et ne s’en cachait pas.
J’ai été surpris de constater que cet ouvrage fut publié en 2003, soit 2 ans avant qu’il ne me consacre une heure et demi d’une journée ensoleillée, au café Bourguet, à Forcalquier, où il passait une partie de ses matinées.
(http://www.critiqueslibres.com/i.php/vinterview/69)
Surpris car s’il a mentionné « Apprenti » dans les écrits autobiographiques qu’il a cités, il n’avait pas spécialement mis l’accent dessus. Et Dieu sait pourtant que cet ouvrage n’a pas dû être facile à écrire tant il dévoile les faits qui ont marqué et conditionné son enfance.
Manosque donc, sa ville de naissance et de cœur, Louisette, son amour … idéalisé, sa relation forte, très jeune avec Jean Giono qui lui aura tout appris dit-il (et pas que dans le domaine de la littérature. Quand même, faire ses premières lectures importantes dans les livres conseillés et prêtés par Jean Giono himself … ça n’est pas rien !), ses débuts en écriture dès 16 ans alors qu’il n’a pas même le Certificat d’Etudes et qu’il est apprenti imprimeur à Manosque, ses sensations sur cette période trouble de 36 à 39 avec l’arrivée inéluctable de la guerre, cette guerre tellement combattue par Giono et ses amis …
C’est un véritable tourbillon que nous fait vivre Pierre Magnan, d’une grande sincérité, d’une grande impudeur aussi pourrait-on dire. Et il fait aussi le lien, de temps en temps, entre des faits ou personnages réels et des passages de ses fictions ; un instant privilégié où l’auteur dévoile une part de ce qui a fondé son œuvre.
Il était déjà modeste et plein de retenue enfant, Pierre Magnan. A 83 ans, quand je l’ai rencontré, il l’était encore …