La civilisation de la Renaissance en Italie
de Jacob Burckhardt

critiqué par Veneziano, le 27 novembre 2018
(Paris - 41 ans)


La note:  étoiles
Les ruptures et reprises de la Renaissance en Italie
La Renaissance en Italie reprend les acquis de l'Humanisme, période intellectuelle qui l'a précédée. A elles deux, elles ont influencé culturellement l'Europe. L'époque étudiée va du XIVème au XVIème siècles ; l'analyse est effectuée par un historien d'art et philosophe suisse qui a fait autorité en la matière par cet écrit, selon l'éditeur, et qui aurait influencé Niezsche.
L'Antiquité et le latin sont revisités, en réaction au système inégalitaire du Moyen Age, en vue de remettre l'individu au centre de la société, quitte à instaurer les bases d'un système individualiste, au niveau des personnes comme des villes qui se détachent de la tutelle du Saint-Empire. La péninsule italienne est divisée en principautés et républiques souvent violentes, mais pratiquant une forme de despotisme éclairé mâtiné de stratégies diplomatiques. Les arts, les moeurs également, les pratiques religieuses non moins s'en trouvent modifiées.

Cet ouvrage scientifique se veut clair, en apprend beaucoup, et permet de saisir en quoi cette époque constitue un tournant intellectuel et moral pour toute l'Europe, chaque pays l'ayant ensuite décliné par la suite à sa manière. Il offre donc un éclairage sur des éléments peu ou mal connus, au moins de moi. Il s'avère donc utile.