Le corps est le seul langage qui ne ment pas
de Constance Flamand-Roze

critiqué par Colen8, le 21 novembre 2018
( - 77 ans)


La note:  étoiles
Fruit du lien puissant corps-esprit
L’hypnose conversationnelle utilisée à des fins thérapeutiques consiste à induire chez le sujet et avec lui une détente, un état apaisé. Ses objectifs sont de calmer l’angoisse, d’aider à prendre conscience d’une motivation assez puissante pour agir de son propre chef, de dépasser des souffrances physiques ou psychologiques rebelles aux traitements classiques, de se rendre autonome grâce à la pratique de l’autohypnose. Parfois mise en œuvre en chirurgie des tumeurs du cerveau pour éviter de léser des zones critiques, l’hypnose laisse néanmoins le corps médical assez sceptique dans son ensemble faute d’études cliniques documentées sur la question.
Ici c’est une docteure en neurosciences orthophoniste hospitalière reconvertie à l’hypnose de ville qui a sélectionné quelques histoires dont les résultats apparaissent convaincants, dont les récits sont émouvants. Elle révèle comment quelques séances peuvent suffire contre des manifestations de tics, TOC, troubles du langage, du sommeil, de l’alimentation, de désordres fonctionnels en l’absence d’étiologie. La contribution active des patients est essentielle. Modestement quand leurs troubles s’estompent, elle avoue en être la première surprise. Pour les pathologies graves, souvent liées à l’âge mais pas nécessairement, elle s’efforce de les confiner dans un champ de la conscience afin de les rendre plus supportables.
Il n’y a pas de magie dans cette hypnose.