Mes derniers mots
de Matthieu Biasotto

critiqué par Ayor, le 2 novembre 2018
( - 46 ans)


La note:  étoiles
Moins accrocheur que d'habitude
Pour ce roman, Matthieu Biasotto choisit le thriller d’anticipation dans lequel le monde, dirigé par l’Ordre, est hyper connecté ; à tel point qu’il est devenu obligatoire de porter une puce sensée apporter bonheur et réussite à chacun. Sauf qu’en réalité la situation se révèle plus complexe et que l’Ordre se sert de cette fameuse puce pour géolocaliser et contrôler toute la population.

Ceci représenterait-il un futur possible ou est-ce déjà le cas à en croire les théories complotistes ?

Toujours est-il que Matthieu Biasotto, au style percutant, diablement efficace et surtout reconnaissable entre tous, maintient ses lecteurs sur la brèche avec notamment une tension permanente, et propose, par l’entremise de son héros dont la mémoire a été effacée et auquel il s’identifie, une course-poursuite infernale et haletante.

L’ensemble est réussi même si l’œuvre ne s’avère pas aussi prenante que les autres. Peut-être est-ce dû aux situations quelques peu répétitives, ou bien encore aux tergiversations et interrogations récurrentes du héros.