Kill or be killed T01 de Ed Brubaker (Scénario), Sean Phillips (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Comics

Critiqué par Shelton, le 31 octobre 2018 (Chalon-sur-Saône, Inscrit le 15 février 2005, 63 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 414ème position).
Visites : 899 

Très bonne série, thriller assez violent, polar psychologique...

J’ai déjà dit, ici et ailleurs, que les histoires racontées par Ed Brudaker (scénario) et Sean Phillips (dessin) me plaisaient souvent, pour ne pas dire très souvent ou systématiquement. J’avais, entre autres, pris un plaisir réel avec le one-shot « Fondu au noir » qui était tout simplement remarquable… Son éditeur m’avait dit alors que je serais surpris et bouleversé par la bande dessinée qui allait arriver prochainement en France… Kill or be killed….

Cette histoire est en quatre volumes mais trois seulement sont déjà disponibles. Il n’en demeure pas moins que dès maintenant on peut affirmer qu’il s’agit d’une histoire effectivement bouleversante, très bien construite, dotée d’une narration merveilleusement touchante, angoissante et profondément humaine… Tentons d’en parler sans détruire le suspense !

Dylan est un jeune étudiant, enfin jeune mais pas tant que cela car il prend son temps pour suivre ses études. Il faut dire que ce fils d’artiste est assez dépressif, que son père lui-même s’est suicidé, que sa mère ne respire pas le bonheur pur et que sa vie n’est pas des plus enjouée et colorée…

Il faut dire que ses affaires de cœur ne sont pas très au point, que sa petite amie est partie avec son colocataire, qu’il se sent bien seul et qu’il a envie d’en finir avec la vie… Seulement, voilà, réussir son suicide n’est pas donné à tout le monde et il va survivre à une nouvelle tentative… Pourtant, la chute promettait d’être vertigineuse… Il va survivre, certes, mais à quel prix ?

Il s’agit donc, je précise, pour ceux qui ne connaissent pas ces auteurs, ceux qui n’auraient jamais lu Fatale, Criminal ou Scène de crime, que cette bande dessinée est à classer dans les Comics, c'est-à-dire la bande dessinée américaine. Oui, cette dernière, contrairement aux idées reçues que vous avez peut-être en tête, n’est pas uniquement constituée, et loin de là, de super héros ! Le policier et le fantastique y sont bien présents, souvent intimement mêlés !

Dans cette histoire, nous allons suivre Dylan, notre étudiant, pour comprendre comment cet être faible, influençable et peu crédible pour son environnement, peut devenir un homme fort, justicier, et criminel… Et il ne faut pas que je vous en dise beaucoup plus, maintenant, c’est à vous de lire !

On doit quand même préciser que le scénario est très solide avec des textes conséquents, profonds, d’une incroyable force psychologique. Ceux qui préfèrent les bandes dessinées avec seulement des dessins et des onomatopées devront passer leur chemin car ici il faut lire et franchement cela en vaut la peine…

La narration graphique est posée sur un dessin très précis, très dynamique qui est capable à la fois de libérer une énergie incroyable et de plonger le lecteur dans des abîmes de réflexion… Les couleurs d’Elizabeth Breitweiser sont sombres à souhait et participent abondamment à la narration. L’équilibre entre texte, dessin et couleur est tout simplement parfait ou, plus exactement, approche à grand pas de la perfection…

Franchement, un très beau moment de lecture avec une histoire violente et forte plutôt réservée aux ados plus et adultes ! Très bonne lecture à tous !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

sans peur sur la ville

9 étoiles

Critique de Magicite (Saorge, Inscrit le 4 janvier 2006, 41 ans) - 9 décembre 2018

Avant tout pour ceux qui ne connaissent pas le travail de Ed Brubaker sachez que c'est un auteur spécialisé dans le polar et qu'avec le dessinateur Sean Philips ils ont raflé de nombreux prix au fil de plusieurs collaborations heureuse.
Je rajouterais aux œuvres citées par Shelton (que je n'ai pas -encore- lues) la série de BD Sleeper (série égard au format de parution des comics d'abord en livret souple 'soft cover' avant d'être réunie en recueil dit trade paper back). Ses participations à des licences (comme les super héros DC ou Marvel) sont moins intéressantes bien que restant des visions originales et des BDs de qualité que les titres de séries dont il est l'instigateur.
Bien sûr je ne saurais que recommander de lire en version originale les Bédés américaines dites comics, à l'instar de Shakespeare la traduction fait perdre de sa saveur et c'est plus facile à lire que Shakespeare étant donné que c'est de l'anglais/américain courant et que l'image participe aussi à la narration, la traduction faisant perdre énormément de saveur dans ce média. Outre certaines traductions ou perte de qualité d'impression/changement de format qui ne sont plus aussi fréquents qu'avant pour ce média quand il vient hors Europe certaines œuvres les moins grand public restent non-éditées ou rééditées. Voilà pour le coup de gueule V.O. c'est mieux :)

Cette série est en cours actuellement, je suis en train de lire le troisième recueil et je suis resté scotché.
Le personnage un étudiant un peu beaucoup perdant coincé dans un triangle amoureux pas vraiment à son avantage est fréquemment le narrateur. Il nous balade à coup de flash-back dans sa vie commençant par ses tentatives de suicides ratées. Ce début d'histoire est particulièrement prenant tellement le texte est bien écrit (ce genre d'auteur me fait penser que le 9ème art n'a rien à envier à la littérature, ce sont des médias différents mais un art de raconter une histoire tout aussi fin et varié que peut l'être un roman), où se dévoile petit à petit le personnage ainsi que les thèmes qui sont centraux. Il est question du bien et du mal, des vrais méchants qui restent impunis, d'une vision de la justice et dans une plus petite mesure des laissés pour compte et blessés du système. Suite à son dernier suicide raté et par une rencontre d'aspect fantastique (même si ce n'est qu'un détail , l'ensemble dépeint un point de vue de la société réaliste bien que noir et cynique) celui-ci est poussé à tuer, devient une sorte de justicier... à l'instar d'un Kick-Ass (même si les parallèles existent avec l’œuvre de Mark Millar dans Kick Ass arc Dave Liwetski, super héros dans la vie réelle rien n'est plus différent que la narration ou la façon de traiter sujet et histoire.).
Nous sommes dans une plongée intime dans ce jeune étudiant un peu paumé qui se transforme sous nos yeux en une personne plus sûre de lui ainsi qu'en tueur (avec autant de "Kill" dans le titre on pouvait s'en douter) aux motivations alambiquées. Au fur à mesure que les relations amoureuses, sexuelles et/ou amicales de ce héros malgré lui fragile et attachant évoluent c'est aussi sa personnalité et ses drames d'enfance qui se dévoilent. Pas manichéen, violent mais jamais gratuitement cette fable contemporaine nous fait nous interroger sur la société actuelle, dans ses travers (le capitalisme, les sadiques tortionnaires ou bourreaux d'enfant) sans s’appesantir à en devenir glauque. Le rythme et l'utilisation de flash-back évoquent une trépidante série tv.

Graphiquement ici le dessin est dans le style classique que la BD américaine a pu avoir dans les années 80-90, rugueux avec un encrage assez marqué et appuie avec une intensité dramatique le réalisme de l'histoire, fait ressortir les scories de la cité de New York, d'un appartement en désordre, d'une personne se vidant de son sang... Les couleurs jamais lumineuses utilisées aussi (propres à un style de comics un peu passé de mode où les super-héros en habits chatoyants et contours lissés en dégradés en sont le style exactement opposé).

Il est dur de noter une œuvre en cours et la conclusion ainsi que les détails donnés au fur à mesure laissent présager une apothéose renversante.
Je met 4,5 étoiles toutefois pour (aider) la découverte de cette œuvre qui effectivement ne s'adresse pas à tous les lecteurs mais est déjà inclassable et touchante et une réflexion sur la société (américaine/occidentale) digne des grandes œuvres de fiction... en attendant la conclusion qui chez Brubaker ne saurait être autre que surprenante!
à réserver aux personnes qui aiment les œuvres matures et sortant des clous d'un superman ou de X-men à la veine super-exploitée tournant fréquemment en rond.

Forums: Kill or be killed T01

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Kill or be killed T01".