La revenue
de Donatella Di pietrantonio

critiqué par Saint Jean-Baptiste, le 17 octobre 2018
(Ottignies - 83 ans)


La note:  étoiles
De qui est-on l'enfant ?
Une fillette a été élevée jusqu’à l’âge de 13 ans dans une famille qui n’était pas la sienne. Un beau jour on la reconduit dans sa vraie famille et alors elle découvre une autre vie.
Sa famille d’adoption était cossue ; elle était l’enfant unique, bien éduquée et très chouchoutée. Sa vraie famille est une famille nombreuse et misérable où elle est considérée comme une étrangère. Elle va devoir s’adapter.

Le livre est écrit à la première personne et la narratrice nous explique comment se passe sa nouvelle vie. Au passage elle ne manque pas de nous dire qu’elle est très studieuse, très intelligente et surtout très belle – ça, on aurait pu s’en douter en regardant la couverture.
A la fin du récit, une petite intrigue, sans beaucoup d’intérêt, nous révèle pourquoi elle a dû changer de famille.
Je crois que beaucoup de lectrices de CritiquesLibres s’identifieront à ce personnage parce que c’est vraiment une fille très bien. Personnellement, c’est le genre de filles que j’aurais voulu compter parmi mes bonnes amies quand j’avais vingt ans...

Bien qu’il arrive à cette gentille fille toutes sortes de grands et de petits malheurs, j’ai lu ce roman avec un franc sourire du début à la fin. Je l’ai surtout lu très vite et je crois que je l’oublierai encore plus vite.

Ce roman a été récompensé du prix « Super Campiello, 2017 » – un prix prestigieux paraît-il – et connaît, d’après la page 4 couverture, un vrai succès en Italie.