Marguerite Yourcenar: L'invention d'une vie de Josyane Savigneau

Marguerite Yourcenar: L'invention d'une vie de Josyane Savigneau

Catégorie(s) : Littérature => Biographies, chroniques et correspondances

Critiqué par Vince92, le 6 décembre 2019 (Zürich, Inscrit le 20 octobre 2008, 42 ans)
La note : 8 étoiles
Visites : 593 

Une vie au service de la pensée classique

Marguerite Yourcenar, auteur d'une oeuvre littéraire significative restera dans l'histoire avant tout pour deux livres, Les Mémoires d'Hadrien et L'Oeuvre au noir et pour le fait d'être devenue la première femme académicienne. Le mérite du livre de Josyane Savigneau est d'éclairer les aspects non pas cachés mais passés sous silence de la vie de l'écrivain. Le lecteur peut comprendre à cette lumière la genèse d'une oeuvre somme toute dissonante dans le paysage littéraire français du XXe s. D'une érudition proprement vertigineuse, dotée d'une langue classique irréprochable à l'écrit comme à l'oral (la biographie souligne à travers les témoignages des contemporains ce trait particulier), Marguerite Yourcenar était un auteur précieux et qui a marqué ses contemporains.
Sa mère étant morte en couches, la petite Marguerite va être élevée par son père, Michel, un bourgeois remarié qui a la passion du voyage, passion dont héritera Marguerite, elle qui effectuera de nombreux périples à travers le monde. C'est justement au cours d'un de ses voyages qu'elle rencontre Grace Frick, une jeune américaine qui deviendra sa compagne jusqu'à la mort de cette dernière au début des années 80. L'ouvrage de Savigneau s'attarde très (trop?) longuement sur la nature de la relation de ces deux femmes, inhabituelle à l'époque. Leur retraite dans leur modeste maison de Petite Plaisance dans l'ile des Monts-Déserts dans le Maine américain est également détaillée à outrance... c'est ici que le livre de Josyane Savigneau pèche à mon avis; les habitudes d'écriture, les faits relatifs à la création littéraire, les considérations liées à ses livres, les débats de pure essence littéraire occupent une place secondaire dans le livre tandis que que les autres faits tels que ses relations mondaines, ses batailles avec les éditeurs par exemple, quoique importants pour cerner le personnage, prennent beaucoup de place dans l'ouvrage.
Il convenait bien entendu de parler de sa relation particulière avec Grace Frick, de l'importance de cette personne pour son oeuvre, tout comme il importait de parler de Jerry Wilson, la personne qui partagera sa vie à la fin et qui lui permettra de continuer à voyager, par exemple dans cet Orient qui l'intéressera au plus haut point. Il fallait également détacher la personnalité publique de Marguerite Yourcenar, auteur classique, femme érudite, du véritable personnage, sensuelle, curieuse de tout, attirée vers les mondes cosmopolites. Joysianne Savigneau parvient à faire tout cela très bien en soulignant également les défauts d'un auteur qu'on devine qu'elle admirait: ingrate, cassante, parfois obtuse... Yourcenar était aussi cela et c'est tout à l'honneur de Josyane Savigneau de le relever. Dommage donc que sa bonne biographie ne s'attarde pas davantage sur l'aspect purement littéraire de la vie de l'Immortelle de Petite Plaisance.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Marguerite Yourcenar: L'invention d'une vie

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Marguerite Yourcenar: L'invention d'une vie".