La gouvernante : Suivi de Eros matutinus
de Stefan Zweig

critiqué par Catinus, le 22 septembre 2018
(Liège - 68 ans)


La note:  étoiles
Excellent !
« La Gouvernante ». Deux fillettes pensent que leur gouvernante, qu’elles adorent, attend un enfant illégitime. Elles sont épouvantées par la sévérité de leur mère qui chasse cette éducatrice.

« Eros Matutinus » Un remarquable essai sur les mœurs et l’éducation sexuelle désastreuse des jeunes gens au 19 ème siècle ( et donc bien avant) ainsi qu’un tableau effrayant de la prostitution.

Extraits :

- ( à coup de corsets) La ligne du corps d’une femme devait, par ces manipulations, être si bien cachée que même son fiancé, le matin de ses noces, ne pouvait deviner que sa future compagne avait le dos droit ou voûté, si elle était grasse ou maigre et si elle avait des jambes courtes, longues ou fortes.

- Mais le plus souvent, en dehors du mariage, la prostitution demeurait le fondement de la vie érotique : c’était, pour ainsi dire, la sombre voûte de la cave sur laquelle reposait le fastueux édifice de la société bourgeoise, à la façade éclatante et irréprochable.