Les feux d'Askell, Tome 1 à 3 : Livre premier : L'onguent admirable; Livre second : Retour à vocable; Livre tierce : Corail sanglant
de Christophe Arleston (Scénario), Jean-Louis Mourier (Dessin)

critiqué par Kostog, le 2 septembre 2018
( - 47 ans)


La note:  étoiles
Les feux du désir
La série Les Feux d'Askell se déroule sur une planète presque entièrement couverte par la mer et mélange héroic fantasy, humour et érotisme. Elle relate les aventures de l'équipage de cinq personnes d'un « bateau spectacle » : Keresquin de Villoque, le propriétaire du bateau, un barde insupportable dans la tradition du célèbre Assurancetourix avec un zeste de couardise en plus; Tittle, un moussaillon débrouillard, plein d'ingéniosité et d'allant, Dao X'Ian, un mercenaire à la hache affûtée qui ne fait pas dans la dentelle ; Brumaire Courte-dague, un coupe-jarret habile au lancer de couteaux et Cybil, une danseuse érotique qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Le prétexte du premier tome est le vol d'un onguent de guérison par Brumaire qui entraîne les autres héroînes dans de multiples aventures.

L'intégrale comprend les premières planches du quatrième volume inachevé.

Le scénario héroic fantasy d'Arleston est assez original et bien construit. L'intrigue est rythmée et les péripéties se succèdent de manière plaisante. On a l'impression que sur cette série Arleston comme Mourrier ont voulu se lâcher la bride et nous n'ignorons rien de la plantureuse anatomie de Cybil. On sourit, bien entendu, de la convoitise et de l'avidité sexuelle des protagonistes masculins qui sont aimablement brocardées. Il en est de même pour les dialogues qui ne font pas toujours dans la plus grande légèreté ou le maniement de la hache qui nous donne droit à de beaux crânes pulvérisés. Bref, une bande dessinée qui n'est pas pour les plus jeunes.

Le dessin de Jean-Louis Mourier est extrêmement vivant et percutant, les scènes d'action particulièrement enlevées. Le traitement en couleur directe ajoute encore à la réussite de l'album.

Une intégrale qui nous fait passer un bon moment. Quatre étoiles dans le cadre des codes de l'héroic fantasy pour la bande dessinée.