Moi, Marthe et les autres de Antoine Wauters

Moi, Marthe et les autres de Antoine Wauters

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Nathavh, le 22 août 2018 (Inscrite le 22 novembre 2016, 54 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (11 076ème position).
Visites : 368 

Moi, Marthe et les autres

C'est un tout petit roman de 80 pages mais qu'il est dense et riche en réflexions sur notre société.

Je retrouve avec plaisir l'écriture d'Antoine Wauters, faut-il le repréciser lauréat du Prix Première en 2014 avec "Nos mères".

Un roman, une dystopie même qui nous emmène dans un Paris dévasté - par quoi ? - on l'ignore, au lecteur de faire son choix : catastrophe nucléaire, guerre, cataclysme climatique?. La ville est méconnaissable, la nature l'a envahie par endroits, tout n'est que violence et hostile dans un monde en lambeaux.

Hardy, Marthe, Josh, Begraaf et les autres essaient de survivre. Ce groupe erre dans la ville, se cachant dans "La Grotte" en chantant les chansons du Vioque, un certain Johny Holiways. ☺

Un peu d'humour qui est bienvenu dans ce court roman chargé de noirceur et de violence.

C'est dur, réaliste à la fois, cela nous parle de l'évolution de notre société, de sa dérive, nous pose un tas de questions sur nos responsabilités face à cette planète, notre société de consommation, sa violence, nos croyances, notre culture.

Le livre se décompose en 192 paragraphes numérotés, une configuration étrange qui me semble-t-il m'a permis une respiration, un temps de réflexion.

Les protagonistes sont constamment tiraillés entre espoir et désespoir, tristesse et joie, faut-il tout abandonner ou au contraire ne rien lâcher ?

J'ai beaucoup aimé retrouver cette écriture épurée dont chaque mot est choisi, lourd de sens poussant à la réflexion.

Quel est le sens de notre existence ? notre raison de vivre ? de continuer ? le tout ponctué d'humour car "il suffira d'une étincelle ..; ☺ pour poursuivre les combats, pour continuer d'y croire et .."d'allumer le feu". ☺

L'espoir au-delà de la mort, l'envie de se reproduire, de s'oublier, de donner la vie. L'oubli de ce que l'on n'a pas connu qui pousse à inventer pour continuer.

Un tout petit livre, très riche, très dur qui secoue, lucide sur ce qui pourrait attendre notre société.

Mon plaisir de lecture : 9.5/10


Les jolies phrases

Nous disons : le monde n'a jamais été comme avant, Marthe. Nous ignorons les choses. Nous ne savons rien de la beauté. Nous sommes les derniers nés du monde. Nous sourions.

Toutes les belles aventures finissent mal.

Nous avions tout, dit Azzuto. Nous avions trop. Aussi était-il juste et bon de tout perdre, puis de tout recommencer. Nous étions gros, enchaîne Patrap. Beaucoup trop gros. Obèses. Pourris gâtés. A présent, nous devons tout reprendre à zéro, tout recréer : la vie, l'espoir, et la joie tout au fond de nous.

Attention à ce qui est alléchant, dit Josh, ce qui est alléchant est dangereux.

Nous ne pensons pas la vie comme tuée par la mort. Nous pensons que tout peut revenir et l'appelons de nos voeux. De nos espoirs.

Allons ! dit Begraaf. Retournons vivre ! Et nous suivons Begraaf, nous retournons vivre.

Il suffira d'une étincelle, dis-je . Et d'un mot d'amour, dit Mauricette. Pour allumer le feu, dit Mad. Et voir grandir la flamme dans nos yeux, conclut Marthe, qui nous rejoint et paraît incroyablement calme.

Etrange, me dis-je, comme l'amour laisse et ne laisse pas de traces. Preuve sans doute qu'il est infini.

Nés après la cassure, nous ne sommes plus que des fantômes arpentant des fragments. Oui, nous marchons parmi c'est fragments et rien ne reste en nous, tout disparaît, tout passe, de sorte que si nous vivons c'est uniquement parce que nous ne sommes pas encore morts...

Je me demande si la guerre est ce qui nous a menés ici. Si les animaux sont partis pour la fuir. S'ils ont tous été tués ? Je crois que la sagesse, parfois est de se dire vaincu, et de rendre les armes. Dans ce sens, l'homme est la bête la moins futée, mais la plus fascinante.

Le monde n'en pouvait plus d'être monde.

Nous ne sommes plus ni riches ni pauvres, dit Begraaf. La richesse et la pauvreté, c'était avant, quand il y avait encore des choses à se partager. A présent que tout est vide, nous ne sommes plus que vivants, absolument vivants, désespérément "homme". Et il sourit, comme seuls sourient les gens qui ont beaucoup perdu.

Rien n'est plus douloureux que de se souvenir des temps heureux dans la misère.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Triste constat

8 étoiles

Critique de Nathafi (SAINT-SOUPLET, Inscrite le 20 avril 2011, 51 ans) - 29 novembre 2018

Antoine Wauters nous offre ici une vision apocalyptique de notre monde, au travers d'un groupe de jeunes (et moins jeunes) qui déambulent dans une ville ravagée, où les cadavres jonchent le sol, où les magasins sont pillés, où il ne reste plus grand chose à faire, sinon essayer de survivre.
Les biens et le confort sont anéantis. Il s'agit bien là d'être le premier à s'emparer de quelque chose à manger, de chercher le strict nécessaire pour se garantir encore quelque dignité, mais au fil des étapes les chances s'amenuisent et les revers deviennent douloureux. Quelques protagonistes évoquent le passé flamboyant, mais nombre d'autres n'ont même pas connu ce temps de relative aisance. Ils semblent être nés après, ou juste avant, pour ne pas pouvoir se souvenir.
Mais après quoi ?
Les instincts se réveillent au fil des pages, et les plus bas jaillissent bientôt. Tout ce petit monde agit "comme des bêtes", il n'est plus question de penser, il faut agir et trouver à manger, se soulager de vives douleurs, se venger de l'importun, s'unir pour avoir la sensation de vivre encore.

Un bien triste constat que nous offre l'auteur, regard plus que sombre sur une société qui part en sucette, sur les hommes qui ont perdu de leur superbe, sur la nature désoeuvrée qui, malgré tout, semble reprendre ses droits.
Un livre d'une noirceur notable, où le chaos domine, où la peur règne, où la folie n'est pas loin…

Forums: Moi, Marthe et les autres

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Moi, Marthe et les autres".