Ma vie et mes folies
de Peggy Guggenheim

critiqué par Veneziano, le 1 août 2018
(Paris - 41 ans)


La note:  étoiles
L'autobographie d'une mécène d'art
La mécène d'art, américaine et juive, issue d'une famille de collectionneurs, a voulu faire son trou et gagner son indépendance, en vivant de la passion pour l'art. Elle y est arrivée, en assumant ses audaces, ses amours successives avec des artistes ou collectionneurs. Ses différentes relations, commerciales, artistiques, amicales ou sentimentales lui ont permis de côtoyer ce milieu et les créateurs de renom à partir de l'entre-deux-guerres jusqu'à sa mort à la fin des années 1970.
L'amour et l'art ont donc composé sa vie, comme une série de lieux-fétiches, notamment son palais acheté à Venise qui fut sa dernière demeure. Elle énonce les évolutions de sa vie comme elle a vécu, avec drôlerie, sensibilité, tour à tour, toujours avec franchise. Après deux biographies qui lui sont consacrées, il est intéressant de lire son existence relatée cette fois-ci par elle-même, dans un style enjoué parfait pour évoquer cette vie tourbillonnante.