Les robots font-ils l'amour ?
de Laurent Alexandre, Jean-Michel Besnier

critiqué par Marvic, le 19 juillet 2018
(Normandie - 60 ans)


La note:  étoiles
Être transhumain ou ne pas être
L’accélération des progrès technologiques de ce XXI° siècle va bouleverser le monde. Accélération permise par "la convergence de 4 disciplines qui évoluaient jusque là séparément : les nanotechnologies, les biotechnologies, l’informatique, les sciences cognitives."
Les deux auteurs, Laurent Alexandre, médecin et entrepreneur et Jean-Michel Besnier, philosophe spécialiste des nouvelles technologies, "confrontent leurs idées" sous forme d’un dialogue, abordant tous les domaines qui vont ou risquent de subir de véritables révolutions.
Les premiers bouleversements concernant l’espèce humaine, ont déjà commencé. Implants, thérapies géniques améliorent déjà la qualité et l’espérance de vie de nombreux patients. Mais jusqu’où peut aller cette amélioration ?
"D’ici 2050, des chocs biotechnologiques encore plus spectaculaires vont secouer la société : régénération des organes par les cellules souches, thérapies géniques, implants cérébraux, techniques anti-vieillissement, design génétique de bébé à la carte, fabrication d’ovules à partir de cellules de peau... "
Le séquençage de l’ADN d’un futur bébé, permettra de choisir "de beaux enfants plutôt doués". Porte ouverte à l’eugénisme ?
Et pourquoi pas changer le mode de reproduction de l’être humain ? L’ectogénèse (incubation du fœtus hors du corps de la mère) libérerait la femme.
La technique des cellules souches permettra d’aller encore plus loin, en fabriquant des spermatozoïdes et des ovules à partir de certaines cellules de la peau, permettant aux couples homosexuels d’avoir des enfants . Et si la sexualité n’est plus nécessaire à la reproduction, elle ne sera plus désir mais besoin.
Cette technique permettra aussi de bloquer le vieillissement de nos cellules, d’allonger l’espérance de vie, et pourquoi pas, "d’euthanasier la mort" et vivre plus de mille ans.

"Mais si l’homme était d’ici quelques décennies dépassé par la puissance des instruments qu’il a inventés ?"
"L’Intelligence Artificielle va nous faire basculer dans une autre civilisation où le travail et l’argent pourraient disparaître", une situation qui n’est plus de la science-fiction. Les voitures "intelligentes" sont plus sures que les êtres humains, les robots chirurgicaux plus sûr que les chirurgiens…et quid de ceux qui maîtrisent, qui contrôlent ou fabriquent, acteurs majeurs, les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), et leurs milliards d’informations stockées, leurs capteurs omniprésents ?
Quelle politique, quel ordre social, quelle démocratie seront encore possibles, comment encadrer, légiférer, faire appliquer des nouvelles lois, avec le risque d’autoritarisme ?

Quand on lit que quelques années avant la réalisation de l’exploit du soviétique Gagarine, un ingénieur respecté disait qu’un tel exploit quelles que soient les avancées  technologiques serait impossible, ou qu’en 1970 Jacques Monod affirmait que "l’échelle microscopique du génome interdisait à tout jamais de le manipuler", 5 ans avant les premières manipulations génétiques, on ne peut que répéter les mots de Werner von Braun "J’ai appris à n’utiliser le mot "impossible" qu’avec beaucoup de précautions."

Un livre édifiant, instructif, rarement hors de portée même pour la profane que je suis. On dit que les pessimistes sont sûrs d’avoir raison. À la fin de cette lecture, on est atterré par le monde dans lequel vivront nos enfants et petits-enfants. Un seul métier sera sûr de survivre : celui de psychiatre !