Comment j'ai sauvé la planète
de Sophie Caillat

critiqué par Ludmilla, le 18 juillet 2018
(Chaville - 64 ans)


La note:  étoiles
De « vrais » tests de gestes écolos
Pourquoi « vrais » ? Parce que la plupart des livres sur le sujet sont (au choix) moralistes, irréalistes, théoriques, …

Sophie Caillat a testé ce qu’elle pouvait (tenter de) faire – ou non…
Par exemple, pour l’alimentation, une Amap ?
« J’étais prévenue : le but du jeu est avant tout de rendre service à un paysan confronté aux aléas du passage en agriculture biologique, en lui payant à l’avance sa récolte ». Après quelques semaines d’essai (en remplacement d’une amie, absente), elle a renoncé pour choisir « La Ruche qui dit Oui ! »
« A la Ruche, contrairement à l’Amap, j’ai le droit d’être infidèle, allergique aux pommes de terre , et fana de pâtes »

J’ai apprécié le test du lombricomposteur d’appartement – qui m’a convaincue que, bien que j’ai un balcon, ce ne sera pas pour moi…

Pas LE guide du parfait petit écolo, mais un livre lisible, drôle et qui, malgré tout, peut inciter à quelques gestes utiles à la planète (dans la limite de la goutte du colibri*, certes, mais s’il y avait des millions de colibris ?)

*Pour ceux qui ne connaitraient pas la légende amérindienne :
Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : "Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! "

Et le colibri lui répondit : "Je le sais, mais je fais ma part."