Tablée
de Pierre Michon

critiqué par Colen8, le 2 juin 2018
( - 78 ans)


La note:  étoiles
Critique d’art
Une exposition a mis côte à côte deux toiles de Manet de 1878 qui n’en faisaient qu’une au départ comme le montre la table de marbre qu’elles ont en commun: « Au café » et « Coin de café-concert ». Tel un critique de cinéma disséquant une scène filmée, en réalité vrai critique d’art, Pierre Michon en fait revivre les personnages, détaille leurs costumes, imagine leurs pensées ou leurs projets, s’attarde sur les chapeaux qui en disent long sur leurs origines sociales, digresse sur les symboles dont ils sont les représentations.
Le second texte qui se réfère à Jacques-Louis David et à la journée du 9 Thermidor, celle de l’exécution de Robespierre, est une ébauche. Le peintre finalement inventé pour cette évocation sera François-Elie Corentin et donnera lieu à cette autre publication : « Les Onze ». Chacun de ces textes au format de nouvelle est précédé d’une critique littéraire particulièrement évocatrice d’Agnès Castiglione.