La guerre des intelligences
de Laurent Alexandre

critiqué par Colen8, le 29 mai 2018
( - 77 ans)


La note:  étoiles
Silicium vs neurone, une prospective
L’issue d’une telle guerre ne fait aucun doute, le silicium(1) est en passe de la gagner à l’insu des analphabètes du numérique que sont en majorité les dirigeants européens. Ces derniers n’ont pas compris le potentiel financier et technologique quasi illimité des GAFA américains suivi, bientôt précédé, de celui des BATX largement soutenus par l’Etat chinois(2). Ni les uns ni les autres n’ont la moindre intention de se laisser freiner par les moratoires et régulations internationaux. Quant aux règles éthico-religieuses, elles ne tiendront pas face à l’argument de réduction des inégalités envers les personnes défavorisées tant par leur déterminisme génétique, que par leur environnement géographique, social ou familial. De plus, l’arrêt de l’évolution au sens darwinien depuis l’émergence de la civilisation marque le début d’une dégénérescence cérébrale que l’on cherche à compenser.
Une partie du monde est engagée sur la voie du transhumanisme, autre nom plus décent de l’eugénisme. L’un de ses chefs de file n’est autre qu’Elon Musk dont la dernière création Neuralink prépare l’interface cerveau-IA(1). Aucun retour arrière n’est possible, il est déjà trop tard pour s’opposer à la croissance exponentielle de l’IA, laquelle alimentée par le big data des réseaux connectés est en train d’envahir tous les domaines avec une rapidité et des capacités d’autoapprentissage insoupçonnées(3). D’aucuns s’attendent à la voir dotée d’une conscience un jour pas si lointain... Ne reste alors qu’une seule voie : tenter au plus vite d’en comprendre les enjeux et s’y (r)allier avant d’en être submergé. Afin de parvenir à une cohabitation harmonieuse avec elle, c’est à une révolution urgentissime de l’école qu’invite ici le Dr. Alexandre avec son brio habituel.
Aux nombreux contempteurs de l’IA sur le devenir l’humanité les « philanthro-capitalistes » californiens répondent qu’elle porte aussi des opportunités. Le monde ne doit-il pas faire face au manque d’eau propre pour deux milliards d’habitants, aux maladies infectieuses telles que le paludisme ? En réalité d’autres dangers peut-être pires se profilent : le changement climatique avec ses centaines de millions de migrants, la pollution de l’air sans frontières, les armes de destruction massive, les pandémies, les perturbateurs endocriniens et autres catastrophes. Cette prospective établie sur la base de la convergence des NBIC(4) et de leurs évolutions attendues est un exercice « toutes choses égales par ailleurs ». La philosophie nous a appris combien l’avenir est incertain et les futurs multiples.
(1) Raccourci symbolique pour désigner le numérique, par extension l’Intelligence Artificielle (IA), si l’on se souvient que le silicium est le support des puces électroniques sur lesquelles sont gravés les milliards de transistors.
(2) GAFA = Google, Amazon, Facebook, Apple – BATX = Baïdu, Alibaba, Tencent, Xiaomi.
(3) Exemple de métiers en voie de déclassement : les robots pour remplacer les chirurgiens, l’analyse automatique de l’imagerie médicale en lieu et place des radiologues.
(4) NBIC = Nanotechnologies, biologie, technologies de l’information, sciences cognitives