Snoopy et les Peanuts : 1950-1952
de Charles Monroe Schulz

critiqué par Koolasuchus, le 20 mai 2018
(Laon - 29 ans)


La note:  étoiles
Les débuts d'une BD culte
Commencée depuis déjà quelques années, la publication de l'intégrale des Peanuts est en cours chez Dargaud, ce qui est une excellente idée car une bonne partie de l’œuvre de Schulz n'avait encore jamais été traduite en français. Avec ce tome qui inaugure donc cette longue série (elle a en effet été publiée quotidiennement dans les journaux de 1950 à 2000) nous faisons ainsi connaissance de cette bande qui n'est pour l'instant pas encore très grande. En effet les premiers strips s'articulent autour de quatre personnages seulement : Patty, Shermy, Charlie Brown et Snoopy. Ils seront assez vite rejoint par Violette quelques mois plus tard puis par Schroeder et Lucy tandis que Linus fait son apparition vers la fin de l'année 1952.

Certains gags récurrents se mettent déjà assez vite en place, Charlie Brown et ses déconvenues en sport ou avec les cerfs-volants, l'amour de Schroeder pour Beethoven et son piano ou encore le caractère bien trempé de Lucy. Snoopy par contre ne pense pas encore, tout comme il ne dort pas sur le toit de sa niche mais il est déjà très drôle. Et pour conclure ce premier volume nous avons également le droit à une présentation de la vie de l'auteur par David Michaelis et une interview assez longue et vraiment très intéressante de Schulz sur son œuvre et la bande dessinée américaine en général.

Comme ce n'est que le début le design des personnages n'est pas encore celui que l'on connaîtra par la suite, la tête de Patty par exemple, est juste celle de Charlie Brown avec des cheveux tandis que le museau de Snoopy est pointu alors qu'il sera beaucoup plus rond dans sa version « définitive », cependant l'évolution se fait assez rapidement et on voit déjà une nette différence entre 1950 et 1952. En tout cas l'humour caractéristique de la série est déjà bien présent, on rigole régulièrement ou bien l'on est souvent attendri face aux déboires du pauvre Charlie Brown qui est déjà la tête de turc de la bande. On peut noter également le côté très pratique du format permettant ainsi d'avoir les strips du dimanche tels qu'ils étaient publiés. Cette intégrale est donc d'une très grande qualité et permet vraiment d'apprécier au mieux les aventures de la ribambelle de gamins (accompagnés de Snoopy) imaginés par Schulz car ils le valent vraiment bien.