Le bruit de la machine à écrire
de Hervé Loiselet (Scénario), Benoît Blary (Dessin)

critiqué par Shelton, le 2 mai 2018
(Chalon-sur-Saône - 63 ans)


La note:  étoiles
Une bonne bande dessinée historique et pédagogique !
Le 10 juin 1944, le drame éclate et aujourd’hui encore on cherche à le comprendre… Je ne parle pas ici du massacre terrible d’Oradour-sur-Glane et de ses 642 victimes, mais d’une exécution sommaire qui s’est déroulée à Cluny, en Saône-et-Loire. Ce jour-là, Christa Winsloe et sa compagne Simone Gentet sont exécutées, sans jugement, sans ordre… Que s’est-il passé ? Qui est responsable ?

Et c’est une bande dessinée qui va tenter de nous éclairer comme quoi la bédé peut réellement s’attaquer à tous les sujets, y compris aux enquêtes dans le passé, aux recherches dans les archives, dans la compréhension des jugements…

Hervé Loiselet, brillant touche à tout de la bande dessinée, de l’édition et du graphisme, s’est installé en Bourgogne dans la région de Cluny. Il a déjà scénarisé plusieurs bandes dessinées, en particulier un remarquable 20 ans de guerre aux éditions du Lombard. Dans cette histoire de destins croisés autour des conflits mondiaux et coloniaux, il s’interrogeait et tentait de percer les mystères de cette génération qui n’avait connu que la guerre… Du coup, quand il apprend cette histoire d’exécution à Cluny… il cherche à reconstruire l’histoire et en fait une trame de bédé…

Benoît Blary, dessinateur de bédés, a eu la chance de travailler avec Hervé Loiselet dès son premier album et d’être édité dans une collection prestigieuse, Signé. Avec le même scénariste, il travaillera encore trois fois avant de se voir ouvrir la possibilité de raconter le destin tragique de ces deux femmes…

Cette bande dessinée n’est pas des plus simples à lire car elle est une suite ininterrompue de va-et-vient entre différentes époques du passé. Il y a l’enquête de justice après guerre, la période de la guerre elle-même et le procès de 1948 à Chalon-sur-Saône… et pour clore nous arrivons à Cluny de nos jours… La bande dessinée est suivie d’un remarquable dossier historique qui fixera certains points connus et vérifiés de cette destinée…

Christa Winsloe est une autrice et sculptrice germano-hongroise. Cette femme était lesbienne ce qui n’était pas extraordinaire pour avoir une bonne reconnaissance dans l’Allemagne d’Hitler. Elle connait la notoriété avec une pièce de théâtre qui devient un film, Jeunes filles en uniforme. Christa Winsloe va quitter l’Allemagne pour fuir le nazisme. Elle partage sa maison avec Simone Gentet, participe à la résistance… Les deux femmes qui forment un couple hébergent de nombreux clandestins… Elles doivent évacuer le département du Var devant le risque de débarquement et se retrouvent à Cluny…

Mais quelle fut la nature du couple Christa-Simone ? Personne n’en sait rien et qu’importe ! Cela n’empêcha pas certains résistants d’évoquer une homosexualité coupable et un acteur du procès d’évoquer une certaine immoralité de ces femmes… Alors, fusillées parce qu’homosexuelles ? Pas si simple…

Elles étaient germanophones et elles discutaient avec les occupants, trop même… Oui, aujourd’hui, les amis de Christa, les derniers défenseurs de ces deux femmes, évoquent l’imprudence dans une telle époque de parler avec les soldats occupants. Mais, une certitude historique s’impose, elles n’ont jamais, ni l’une ni l’autre, travaillé avec les nazis, trahi les résistants ou aidé en quoi que ce soit les forces de l’Allemagne !

Cet ouvrage de qualité ne leur redonnera pas la vie, ne les réhabilitera pas pleinement mais, indiscutablement, nous rappellera que la Libération s’est accompagnée de gestes déplacés, d’accusations injustes et d’exécutions criminelles… Les deux femmes ont probablement été exécutées suite à des commérages de bas-étage car il ne fait pas bon d’être différents des autres… même en Bourgogne, même à Cluny !

Une très bonne bande dessinée pédagogique pour transmettre aux jeunes la réalité d’une période complexe…