Toutes sortes de gens
de Jacques Réda

critiqué par Henri Cachia, le 14 avril 2018
(LILLE - 57 ans)


La note:  étoiles
Alambiquée et poétique
Pas moins de 85 titres dans la bibliographie de Jacques Reda, qui s'étalent de 1952 à 2017 (89 ans et toujours en activité), dont 30 chez Fata Morgana, cette maison d'édition qui apparemment ne fait rien comme les autres dans sa présentation. Et c'est tant mieux !
Au dos de la couverture : rien. Ni présentation, extrait ou quoi que ce soit, pas de code-barres. Il se trouve à l'intérieur de la 4ème de couv. Petit texte de Jacques Reda à l'intérieur de la 1ère de couv.
Pas de Table, mais un Recensement des 20 textes qui composent Toutes sortes de gens. A la page suivante vient ceci « ... l'édition originale de Toutes sortes de gens se limite à sept cents exemplaires : vingt numérotés sur vélin de Schmitzbruggli et six cent quatre-vingts sur vergé de Kanachougar. » On ne peut pas faire plus honnête.

C'est mon premier Jacques Reda, et ce ne sera certainement pas le dernier, loin de là.

C'est le risque des autodidactes. Se rendre compte sur le tard, d'être passé à côté d'une immense écriture. Une écriture très subtile, certainement pas simple (en tout cas pour celui-là). J'ai trouvé cette écriture particulièrement alambiquée, mais parfaitement compréhensible, à condition de ne pas hésiter à consulter le dictionnaire une ou deux fois par page. Pour des mots, soit tombés en désuétude depuis bien longtemps, ou au contraire d'autres très peu ou exceptionnellement usités. Je suis en train de refaire une deuxième lecture à voix haute comme la première, et quel bonheur de l'avoir en bouche.

Un extrait des plus simples :

... « … l'outil dont j'avais besoin dans l'instant pour mener tant bien que mal ce bricolage qu'est vivre, c'est à dire procéder en permanence à la réparation de cet appareil souvent en panne qu'on appelle soi... »...

Sur ce site, je pensais trouver une foultitude de critiques sur Jacques Reda. Je n'en ai trouvée qu'une par Sakhti... en 2004 !!!