A Silent Voice Vol.2 de Yoshitoki Ōima

A Silent Voice Vol.2 de Yoshitoki Ōima
(Koe no katachi)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Manga

Critiqué par LoupBlanc, le 2 avril 2018 (Distroff, Inscrit le 7 décembre 2011, 17 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (21 186ème position).
Visites : 920 

Un insensible touché ?!

A Silent Voice, Koe No Katachi en japonais, est un manga écrit par la jeune Yoshitoki OIMA. Etant critique manga à la base, je m’étais empressé d’acheter ce manga dont, je me souviens, tout le monde parlait et je n’ai absolument pas été déçu…
En primaire, Shoya est un peu le ‘’boss’’ de son école. Tout le monde l’aime et le suit dans ses actes. Il traine notamment avec ses deux camarades de classe et amis d’enfance. Tout se passe bien pour Shoya et ses compères, jusqu’au jour où une jeune sourde rejoint sa classe de CM2 : Shoko Nishimiya. Amusé et fasciné par le handicap de Shoko, Shoya va s’amuser à tester les limites de la jeune malentendante en multipliant les blagues (Cri dans l’oreille, insultes écrites sur le pupitre, etc..). Les agressions psychologiques puis physiques du jeune garçon se faisant de plus en plus violentes, la mère de Shoko, Mme.Nishimyia, décide d’interrompre la scolarité de la petite dans cette école. Shoya, maintenant pointé du doigt et haï par ses camarades, comprend maintenant son erreur et s’en veut terriblement au point de ne plus avoir goût à la vie.
Dans ce tome 2, nous retrouvons Shoya après le flashback du 1er tome, ayant enfin réussi à retrouver Shoko (Quand même 7 ans plus tard). Shoya après avoir travaillé très durement pour gagner un million de Yens, projette de laisser son million à sa mère, d’aller se réconcilier avec Shoko et de se suicider la conscience tranquille… Mais des évènements vont remettre en cause sa décision et des questions existentielles vont alors se poser. Mérite-t-on vraiment de mourir pour une erreur ? Faut-il continuer à vivre dans un monde que l’on méprise ? Shoya va alors se remettre en question et partager des moments avec Shoko, qui touchée par son acte, va lui proposer son amitié.

Quand j’ai entendu pour la première fois l’histoire de ce manga, je m’attendais à un message du style : ‘’ Les valides sont idiots et ce sont les méchants, les invalides sont purs et gentils’’…. Mais pas du tout ! Nous avons là un manga avec des personnages extrêmement travaillés et réalistes. On peut ressentir les émotions des personnages. De la culpabilité et la tristesse de Shoya, à la naïveté et la pitié que suscite la personne de Shoko. Etant assez cœur de pierre devant les différent divertissements, que ce soit cinématographique ou littéraire, j’ai été touché par la souffrance de Shoya et j’ai été ému. Oui, à ce point. Ce manga n’est pas détenteur de plusieurs prix pour rien. Je ne vais pas dire bravo, mais MERCI à Yoshitoki OIMA qui m’as fait vivre l’expérience littéraire la plus intense de toute ma vie pour le moment… Un manga pas comme les autres, qui réussit avec brio à parler de handicap de manière juste et touchante. Comment mettre une autre note que 5 étoiles ?

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  A silent voice

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

LA VOIX DU SILENCE

6 étoiles

Critique de Septularisen (Luxembourg, Inscrit le 7 août 2004, 51 ans) - 15 mai 2018

Ce deuxième volume de la saga «A Silent Voice», de Melle. Yoshitoki OIMA (*1989), se déroule cinq années après le premier volume.

Nous retrouvons Shoya, qui malgré les années qui passent est toujours le souffre-douleur de sa classe. Le jeune garçon s’ennuie toujours autant dans sa vie. Il est mis à l’écart dans sa classe car il ne parle et ne se lie à personne et ne parvient pas à avoir des relations avec les gens. Pour lui les personnes autour de lui n’ont aucune importance. Il se désocialise peu à peu et finit même par perdre l’envie de vivre…

Mais l’adolescent n’a jamais oublié la jeune handicapée et la gentillesse dont elle a fait preuve envers lui, malgré tout le mal qu’il lui a fait! Il ne se pardonne toujours pas le fait qu’il l’a poussée à partir de leur école. Il décide donc de tout faire pour la retrouver et lui présenter ses excuses…

Les dessins tout d’abord sont ceux typiques d’un manga. Inutile de le dire je ne m’habituerai jamais aux grands yeux «de cocker» des personnages… Les dessins sont parfois comme « fumés », comme mal finis, on a l’impression de les voir comme au travers d’un brouillard. Si certains gros plans (notamment de Shoko et de sa petite sœur Yuzuru) sont vraiment magnifiques, je ne comprends toujours pas pourquoi les personnages «secondaires», même proches de l’action, n’ont pas de visage? L’usage du noir et blanc ne facilitant pas le tout. les phylactères sont eux parfois si petits qu’il faut une loupe pour les lire!
Je reste d’ailleurs toujours à me demander la marque du gel capillaire utilisé par Shoya, parce que sa coiffure, même après avoir sauté dans un fleuve reste toujours impeccable et ressemble toujours autant à celle d’un «Super Sayïen»! Il est d’ailleurs étonnant que si cinq années sont censées être passées entre les deux premiers tomes les personnages n’ont pratiquement pas changé, les visages même pas vieilli!

Le scénario par contre est toujours très original. Je dirais même meilleur dans ce deuxième tome, dans la mesure où il est beaucoup plus dynamique, plus ample, et entre tout de suite dans l’action. L’histoire en elle-même ne progresse que par petites touches, il n’y a pas de grande révélation ou de «twist», mais elle nous présente plusieurs nouveaux personnages (il est vrai aussi que le premier volume était une longue introduction à l’histoire…), qui sont sans doute appelés à prendre plus d’importance dans les volumes suivants.
Le thème du handicap est toujours abordé de façon aussi délicate, avec une sensibilité à fleur de peau! La psychologie des personnages toujours aussi bien fouillée je dois dire. On voit p. ex. la personne qui essaye de protéger la jeune handicapée, celle qui essaye de l’endurcir dans un monde ultra-compétitif, etc…

Je termine donc ma lecture en trouvant ce manga toujours un peu enfantin. Mais bon cela reste passable et je compte sur une amélioration du niveau de ce manga dans les prochains épisodes…

Forums: A Silent Voice Vol.2

Il n'y a pas encore de discussion autour de "A Silent Voice Vol.2".